Site (non officiel) consacré à HEARTBREAK HOTEL et THE HELLBOYS (NIKOLA ACIN).
Site non officiel consacré à HEARTBREAK HOTEL, THE HELLBOYS, NIKOLA ACIN, YAROL POUPAUD, JOHNNY HALLYDAY.
Visuels de l'album "MUTANT LOVE" (2006) de THE HELLBOYS.
Visuels de l'album "SNAKE EYES" (2008) de HEARTBREAK HOTEL.
Vidéos officielles de HEARTBREAK HOTEL (de 2007 a 2010) et des HELLBOYS (2006).
Visuels de HEARTBREAK HOTEL en 2006 et 2007.
Chronique du CD "SNAKE EYES" de HEARTBREAK HOTEL dans "ROCK n FOLK" (aout 2008).
Chronique du CD "SNAKE EYES" de HEARTBREAK HOTEL dans "ACCORDEON et ACCORDEONISTES" (octobre 2009).
Chroniques des albums de THE HELLBOYS et HEARTBREAK HOTEL par NICOLAS UNGEMUTH dans "ROCK ET FOLK" (juillet 2011).
Interview des HELLBOYS dans le fanzine "L'ORDONNANCE" (2004).
Hommage a NIKOLA ACIN par "ROCK N FOLK" (juin 2008).
"MES DISQUES A MOI" : YAROL POUPAUD (dans "ROCK N FOLK", avril 2010).
"JUKE BOX MENTAL" par NIKOLA ACIN : DICK RIVERS, CHRISTOPHE, LEE HAZLEWOOD, APRIL MARCH, VIGON, SMOKEY ROBINSON, YAROL POUPAUD, IKE TURNER, WENDY JAMES, NEIL YOUNG, SAM MOORE.
30 singles rock n roll par NIKOLA ACIN (2007).)
Concerts "Le retour du kif" de LES MALKA FAMILY les 19 et 20 decembre 2019 a La Maroquinerie (Paris) : compte rendu.
Chronique de "YAROL" (2019), premier album solo de YAROL POUPAUD.
DAVID HALLYDAY ("Le temps d'un concert") : chronique de son album "J'ai quelque chose a vous dire" et de son concert du 11 janvier 2019 a Enghien-les-Bains (95).
Concerts hommages a JOHNNY HALLYDAY ("Les rocks les plus terribles"), BOBBIE CLARKE, VINCE TAYLOR ET SES PLAY-BOYS par RICKY NORTON & THE NEW SHOWMEN + JOEY GRECO les 26 mai et 13 juin 2018 a Paris : compte rendu.
MALKA FAMILY, album "Le retour du kif" (2017) + concerts a La Cigale (Paris) et au Chinois ("Tous a la Discomobile !" a Montreuil) en janvier 2018 : chronique detaillee.
Concert du groupe du "RESTER VIVANT TOUR" de JOHNNY HALLYDAY le 9 decembre 2017 a La Madeleine (Paris) : compte rendu.
JOHNNY HALLYDAY (concerts "Rester vivant" et "De l amour") les 27 et 29 novembre 2015 + 2 et 3 fevrier 2016 a Bercy AccorHotels Arena (Paris) : compte rendu.
YAROL POUPAUD + THE HELLBOYS + PHILIPPE ALMOSNINO (concert "Mutant Love" pour NIKOLA ACIN) le 22 decembre 2015 au Bus Palladium (Paris) : compte rendu.
JOHNNY HALLYDAY le 15 decembre 2013 au TRIANON (Paris) : compte rendu.
Dernier concert parisien de LITTLE RICHARD, le 7 juin 2005 a L'OLYMPIA : compte rendu.
GERARD BLANCHARD le 24 juin 2013 au THEATRE DU PETIT SAINT MARTIN (Paris) : compte rendu.
Compte rendu du show "BORN ROCKER TOUR" de JOHNNY HALLYDAY le 16 juin 2013 a BERCY (Paris).
RACHID TAHA "ZOOM" le 16 mai 2013 au TRIANON (avec MICK JONES) et le 12 juillet 2013 sur la place de la Republique (Paris) : compte rendu.
Compte rendu du show "MISTER D TOUR" de DICK RIVERS : au CASINO DE PARIS 2011, à l'OLYMPIA (2012), à Noisy-le-Grand et Clamart (2013).
JEAN-LUC LAHAYE le 30 mars 2013 au BATACLAN (Paris) : compte rendu.
SUPERBUS "SUNSET CLUB TOUR" le 11 decembre 2012 a l'OLYMPIA (Paris) : compte rendu.
Concerts live "STARS 80" au GRAND REX et MADER a Villeneuve (oct. 2012) : comptes rendus.
CHRIS ISAAK le 12 octobre 2012 au GRAND REX (Paris) : compte rendu.
LES AVIONS le 3 octobre 2012 au SCOP CLUB (Paris) : compte rendu.
DIDIER WAMPAS AND THE BIKINI MACHINE, SUGAR AND TIGER, EFFELLO ET LES EXTRATERRESTRES le 29 septembre 2012 a la MAROQUINERIE (Paris) : compte rendu.
JOHNNY HALLYDAY "TOUR 2012" les 15, 16 et 17 juin 2012 au STADE DE FRANCE (Saint-Denis) : compte rendu.
ICI PARIS, "LE RETOUR" (2012) : chronique detaillee du nouveau CD et du show 2012.
INXS le 11 decembre 2011 au BATACLAN (Paris) : compte rendu.
JEAN-PHILIPPE SMET dans "LE PARADIS SUR TERRE" au THEATRE EDOUARD VII (Paris) : compte rendu.
"TRIBUTE TO PIERO CACCIA" avec YAROL POUPAUD, MARIE FRANCE, CONTROL CLUB, BERTRAND BURGALAT le 31 mai 2010 au GIBUS (Paris).
HEARTBREAK HOTEL (YAROL POUPAUD, ALAIN CHENNEVIERE, HUGO HOOKA HEY, TONY TRUANT, HUBERT 06 THE HUB, THOMAS DARMON, GAEL, JOCELYN, CLARA, NAOMI GREENE) le 26 fevrier 2010 au SCOPITONE (Paris).
HEARTBREAK HOTEL (YAROL POUPAUD and friends) le 22 janvier 2010 au POINT FMR (Paris).
"NIKOLA ACIN TRIBUTE" (YAROL POUPAUD, THE HELLBOYS, HEARTBREAK HOTEL, VINCENT PALMER, ALAIN CHENNEVIERE et de nombreux guests) le 27 juin 2008 au GIBUS (Paris).
THE HELLBOYS le 9 mai 2008 au GIBUS (Paris).
HEARTBREAK HOTEL le 2 decembre 2006 et le 31 mars 2007 au NOUVEAU CASINO (Paris).
THE HELLBOYS au "AIRWAVES ROCK FESTIVAL" le 26 juin 2006 a LA CIGALE (Paris).
THE HELLBOYS le 2 juin 2006 au GIBUS (Paris).
THE HELLBOYS et NINA ROBERTS : "NINA IS A PUNK ROCKER" (dans "Rock n Folk", novembre 2005).
Contact
Livre d'or
Compteur
 

GERARD BLANCHARD le 24 juin 2013 au THEATRE DU PETIT SAINT MARTIN (Paris) : compte rendu.




Une page A4 
dans “ACCORDEON
& ACCORDEONISTES”

n°133 (septembre 2013) : 






GÉRARD BLANCHARD


le lundi 24 juin 2013

au THÉÂTRE DU PETIT
SAINT-MARTIN (Paris)
:

La vague du rock “alternatif” français, tendance bastringue & accordéon, de la fin des années 1980 s’est très largement inspirée de ce précurseur. Sans toutefois
que les musiciens de ce courant le reconnaissent de façon officielle. Par exemple en (ne) mentionnant (pas) son nom dans les interviews.



Le 24 juin au Théâtre du Petit-Saint-Martin, de 21h15
à 23h25, à l’initiative du producteur Jean-Claude
Camus (1), Gérard Blanchard se produit enfin à nouveau
dans la capitale. Son précédent concert à Paris remontait au 27 novembre 2006 à L’Européen.



En solo, assis, son instrument dans les mains, il propose
un spectacle dense, réussi, à la fois plein de gouaille et de finesse. Il y met tout son c
œur et se livre sans retenue. 



Il démarre par “Le vieux Léon”, de Georges Brassens (2). Il interprétera aussi, composés par ce dernier, les titres
“Je suis un voyou”, “Dans l’eau de la claire fontaine”
et “Le temps ne fait rien à l’affaire”.





Toujours en formule accordéon & voix, il revisite des pépites, plus ou moins connues, de sa riche discographie de 1981 à 2002 : “Troglo dancing” (« une chanson de mon premier album, paru il y a trente-deux ans »), “Amour de voyou”, “Johnny revient de la guerre
, “Elle voulait revoir sa Normandie, “À la niche les toutous”, “C’est le vent ou Marilyn”, “Le doute s’améliore”, “La nuit des sirènes”, “Hein Nino que c’est rosse” (clin d’œil à tiroirs à Nino Ferrer), “Moteur la vie, coupez la mort”. 




Il fait un sort façon amour/haine à “Rock amadour”,
en tordant et malaxant sa voix dans tous les sens,
d’un vers à l’autre.



Les nouveaux titres, pleins de poésie et de mélancolie,
avec toujours de l’humour pour alléger cela, étaient
déjà interprétés (mais alors pas encore gravés sur disque)
à L’Européen en 2006 : “La bombe A”, “L’oie blanche”, “L’ambianceur”, “Vanessa au Paradis”,
“Le cancre”, “Le raisonnable”. 




Il salue Alain Bashung via “Vertige de l’amour” et
“La nuit je mens”.
À propos de cette dernière, il déclare :
« La première fois que j’ai entendu ce titre de mon copain Bashung, j’étais dans un taxi à Paris, j’arrivais de la gare Montparnasse. Je me suis dit : “Tiens, celle-là, un jour,
je la reprendrai.” Dans cette chanson, je sentais une jolie névrose ainsi qu’une belle joie de vivre comme
les
miennes. »




À
 deux ou trois moments, il imite un animateur ringard d’une station FM en pleine discussion téléphonique avec un auditeur borné qui veut qu’on passe à la radio le vidéoclip de Michael Jackson. Un court sketch bizarre et répétitif à deux voix (qu’il fait tout seul), qui n’apporte pas grand-chose. « Le surréalisme, ça ne marche pas
avec vous, le public de la variété française »
,
dit-il de façon amicale et bon esprit aux spectateurs.



L’essentiel et l’art de Blanchard résident surtout dans ses chansons. Et dans l’interprétation vocale et musicale qu’il en fait, sur scène comme sur disque. 
Ses textes, écrits par lui-même (comme ses musiques), sont souvent surréalistes. Mais comme dans ce cas-là, ils sont chantés, travaillés et mis en forme, cela fonctionne parfaitement.



Blanchard est une sorte de bluesman poète rock’n’roll de l’accordéon à la française, aux influences cajun, parfois jazz (l’éternel syndrome des accordéonistes qui font un complexe vis-à-vis du jazz qu
ils pensent supérieur au musette ou, ici, au rock).




Lors de l’ultime rappel, il salue l’esprit humoristique de Boby Lapointe avec “
Ton coeur est triste mais ta bouche rit et une reprise de Aragon et Castille.



«
Je suis ému et content. Je vous embrasse tous ! Merci », déclare un Blanchard heureux, bel et bien vivant, ici et maintenant, pas au musée ni dans les livres d’histoire
du rock. Au-delà de ses fanfaronnades viriles de timide,
il mérite d’être reconnu à la hauteur de son talent de showman, chanteur, accordéoniste, auteur et compositeur.

François Guibert
(28 juillet 2013)





(1) : président-directeur général du Théâtre du Petit Saint-Martin.




(2) : En 2011, Blanchard a sorti “Gérard Blanchard chante Georges Brassens”, disque constitué de dix-sept reprises.
La même année, il aussi sorti un autre nouvel album, “La peau du cancre”, qui contient uniquement
des nouvelles chansons originales. 
Vous pouvez vous procurer ces deux Compacts Discs Laser aux adresses suivantes :


• 
Stéphane Fougeray
Atelier Accordéon
73 avenue du Général de Gaulle
49400 Saumur.
Tél. : 02 41 50 98 55

• 
Le Café Français
37 place du général de Gaulle
37500 Chinon.
Tél. : 02 47 93 32 78


Contactez-les par téléphone
pour connaître les prix
et les modalités de règlement.
L'argent ira directement
et intégralement
à Gérard Blanchard.




























Aujourd'hui sont déjà 120672 visiteurs (224943 hits) Ici!
Ce site web a été créé gratuitement avec Ma-page.fr. Tu veux aussi ton propre site web ?
S'inscrire gratuitement