Site (non officiel) consacré à HEARTBREAK HOTEL et THE HELLBOYS (NIKOLA ACIN).
Site non officiel consacré à HEARTBREAK HOTEL, THE HELLBOYS, NIKOLA ACIN, YAROL POUPAUD, JOHNNY HALLYDAY.
Visuels de l'album "MUTANT LOVE" (2006) de THE HELLBOYS.
Visuels de l'album "SNAKE EYES" (2008) de HEARTBREAK HOTEL.
Vidéos officielles de HEARTBREAK HOTEL (de 2007 a 2010) et des HELLBOYS (2006).
Visuels de HEARTBREAK HOTEL en 2006 et 2007.
Chronique du CD "SNAKE EYES" de HEARTBREAK HOTEL dans "ROCK n FOLK" (aout 2008).
Chronique du CD "SNAKE EYES" de HEARTBREAK HOTEL dans "ACCORDEON et ACCORDEONISTES" (octobre 2009).
Chroniques des albums de THE HELLBOYS et HEARTBREAK HOTEL par NICOLAS UNGEMUTH dans "ROCK ET FOLK" (juillet 2011).
Interview des HELLBOYS dans le fanzine "L'ORDONNANCE" (2004).
Hommage a NIKOLA ACIN par "ROCK N FOLK" (juin 2008).
"MES DISQUES A MOI" : YAROL POUPAUD (dans "ROCK N FOLK", avril 2010).
"JUKE BOX MENTAL" par NIKOLA ACIN : DICK RIVERS, CHRISTOPHE, LEE HAZLEWOOD, APRIL MARCH, VIGON, SMOKEY ROBINSON, YAROL POUPAUD, IKE TURNER, WENDY JAMES, NEIL YOUNG, SAM MOORE.
30 singles rock n roll par NIKOLA ACIN (2007).)
Concerts "Le retour du kif" de LES MALKA FAMILY les 19 et 20 decembre 2019 a La Maroquinerie (Paris) : compte rendu.
Chronique de "YAROL" (2019), premier album solo de YAROL POUPAUD.
DAVID HALLYDAY ("Le temps d'un concert") : chronique de son album "J'ai quelque chose a vous dire" et de son concert du 11 janvier 2019 a Enghien-les-Bains (95).
Concerts hommages a JOHNNY HALLYDAY ("Les rocks les plus terribles"), BOBBIE CLARKE, VINCE TAYLOR ET SES PLAY-BOYS par RICKY NORTON & THE NEW SHOWMEN + JOEY GRECO les 26 mai et 13 juin 2018 a Paris : compte rendu.
MALKA FAMILY, album "Le retour du kif" (2017) + concerts a La Cigale (Paris) et au Chinois ("Tous a la Discomobile !" a Montreuil) en janvier 2018 : chronique detaillee.
Concert du groupe du "RESTER VIVANT TOUR" de JOHNNY HALLYDAY le 9 decembre 2017 a La Madeleine (Paris) : compte rendu.
JOHNNY HALLYDAY (concerts "Rester vivant" et "De l amour") les 27 et 29 novembre 2015 + 2 et 3 fevrier 2016 a Bercy AccorHotels Arena (Paris) : compte rendu.
YAROL POUPAUD + THE HELLBOYS + PHILIPPE ALMOSNINO (concert "Mutant Love" pour NIKOLA ACIN) le 22 decembre 2015 au Bus Palladium (Paris) : compte rendu.
JOHNNY HALLYDAY le 15 decembre 2013 au TRIANON (Paris) : compte rendu.
Dernier concert parisien de LITTLE RICHARD, le 7 juin 2005 a L'OLYMPIA : compte rendu.
GERARD BLANCHARD le 24 juin 2013 au THEATRE DU PETIT SAINT MARTIN (Paris) : compte rendu.
Compte rendu du show "BORN ROCKER TOUR" de JOHNNY HALLYDAY le 16 juin 2013 a BERCY (Paris).
RACHID TAHA "ZOOM" le 16 mai 2013 au TRIANON (avec MICK JONES) et le 12 juillet 2013 sur la place de la Republique (Paris) : compte rendu.
Compte rendu du show "MISTER D TOUR" de DICK RIVERS : au CASINO DE PARIS 2011, à l'OLYMPIA (2012), à Noisy-le-Grand et Clamart (2013).
JEAN-LUC LAHAYE le 30 mars 2013 au BATACLAN (Paris) : compte rendu.
SUPERBUS "SUNSET CLUB TOUR" le 11 decembre 2012 a l'OLYMPIA (Paris) : compte rendu.
Concerts live "STARS 80" au GRAND REX et MADER a Villeneuve (oct. 2012) : comptes rendus.
CHRIS ISAAK le 12 octobre 2012 au GRAND REX (Paris) : compte rendu.
LES AVIONS le 3 octobre 2012 au SCOP CLUB (Paris) : compte rendu.
DIDIER WAMPAS AND THE BIKINI MACHINE, SUGAR AND TIGER, EFFELLO ET LES EXTRATERRESTRES le 29 septembre 2012 a la MAROQUINERIE (Paris) : compte rendu.
JOHNNY HALLYDAY "TOUR 2012" les 15, 16 et 17 juin 2012 au STADE DE FRANCE (Saint-Denis) : compte rendu.
ICI PARIS, "LE RETOUR" (2012) : chronique detaillee du nouveau CD et du show 2012.
INXS le 11 decembre 2011 au BATACLAN (Paris) : compte rendu.
JEAN-PHILIPPE SMET dans "LE PARADIS SUR TERRE" au THEATRE EDOUARD VII (Paris) : compte rendu.
"TRIBUTE TO PIERO CACCIA" avec YAROL POUPAUD, MARIE FRANCE, CONTROL CLUB, BERTRAND BURGALAT le 31 mai 2010 au GIBUS (Paris).
HEARTBREAK HOTEL (YAROL POUPAUD, ALAIN CHENNEVIERE, HUGO HOOKA HEY, TONY TRUANT, HUBERT 06 THE HUB, THOMAS DARMON, GAEL, JOCELYN, CLARA, NAOMI GREENE) le 26 fevrier 2010 au SCOPITONE (Paris).
HEARTBREAK HOTEL (YAROL POUPAUD and friends) le 22 janvier 2010 au POINT FMR (Paris).
"NIKOLA ACIN TRIBUTE" (YAROL POUPAUD, THE HELLBOYS, HEARTBREAK HOTEL, VINCENT PALMER, ALAIN CHENNEVIERE et de nombreux guests) le 27 juin 2008 au GIBUS (Paris).
THE HELLBOYS le 9 mai 2008 au GIBUS (Paris).
HEARTBREAK HOTEL le 2 decembre 2006 et le 31 mars 2007 au NOUVEAU CASINO (Paris).
THE HELLBOYS au "AIRWAVES ROCK FESTIVAL" le 26 juin 2006 a LA CIGALE (Paris).
THE HELLBOYS le 2 juin 2006 au GIBUS (Paris).
THE HELLBOYS et NINA ROBERTS : "NINA IS A PUNK ROCKER" (dans "Rock n Folk", novembre 2005).
Contact
Livre d'or
Compteur
 

Compte rendu du show "BORN ROCKER TOUR" de JOHNNY HALLYDAY le 16 juin 2013 a BERCY (Paris).






 Page spéciale
(avec compte rendu détaillé)
« 
JOHNNY HALLYDAY
(+ DJ PHILIPPE MANOEUVRE)
le 15 décembre 2013
au TRIANON (Paris) »

sur ce lien :
CLIQUEZ ICI





 Page spéciale 
(avec compte rendu détaillé)
 

« Concert du groupe 
“RESTER VIVANT TOUR” 
de JOHNNY HALLYDAY 
le 9 décembre 2017 
à La Madeleine (Paris) » 
sur ce lien : 
CLIQUEZ ICI







 Page spéciale
(avec compte rendu détaillé)
« Concert “Rester vivant” 
“De l'amour”
de JOHNNY HALLYDAY
les 27 & 29 novembre 2015
+ 2 & 3 février 2016
à BERCY / ACCORHOTELS ARENA
(Paris) »
sur ce lien : 
CLIQUEZ ICI



• Les concert parisiens 
de JOHNNY HALLYDAY
à l'ACCORHOTELS ARENA/BERCY
sont en écoute sur ces liens :

— Dimanche 29 novembre 2015 :
CLIQUEZ ICI

— Mardi 2 février 2016 :
CLIQUEZ ICI

— Mercredi 3 février 2016 :
CLIQUEZ ICI



 Page spéciale
(avec compte rendu détaillé)
« Interview de MANOU ROBLIN, 
parolière de huit textes 
de l'album "Johnny, reviens ! 
Les rocks les plus terribles" (1964) 
de JOHNNY HALLYDAY »
sur ce lien :
CLIQUEZ ICI





 Page spéciale
(avec compte rendu détaillé)
« Concert “Mutant Love”
(pour Nikola Acin)
de YAROL POUPAUD
& THE HELLBOYS
& PHILIPPE ALMOSNINO
le 22 décembre 2015
au BUS PALLADIUM (Paris) »
sur ce lien : 
CLIQUEZ ICI










JOHNNY HALLYDAY

Show “BORN ROCKER TOUR”

Vendredi 14 juin 2013
+ dimanche 16 juin 2013

à Bercy (Paris) :

Dans la nuit du samedi 15 au dimanche 16 juin à 1h
du matin, Johnny Hallyday a donné un concert au
Théâtre de Paris. Avec un répertoire exclusivement rock’n’roll. Sept cents spectateurs payants ainsi que
trois cents Personnes Très Importantes y ont assisté.

Ce set d’une heure (visionné sur l’internet) semble avoir encore plus donné la patate au King du rock’n’roll
et à ses musiciens. Ce qui fait que ce soir, dernière
des trois dates à Bercy, on assiste à une prestation monumentale.



Le vendredi 14 juin, à quelques variantes près (“L’envie” en version symphonique où Johnny n’était pas à l’aise ;
un “Je te promets” aux arrangements variété et mal placé dans la set list, en troisième position, qui a aussitôt fait redescendre l’ambiance), on a assisté au même show.

Mais bien que grandiose, il n’y avait pas l’incroyable magie ressentie de la première à l'ultime minute de ce concert du dimanche 16 juin. Cette sensation qui fait qu’un tour de chant de Johnny Hallyday, toujours d’un très haut niveau, bascule dans une dimension supérieure.



Bercy, septembre 1987,
intro de “Rock'n'roll attitude” 
et du spectacle. 

Le genre de concert qui marque à vie. L’impression profonde et durable d’assister ce soir à la plus belle
et plus intense prestation, la plus “concernée”, que
Jean-Philippe Smet ait livré, sur les vingt-six JH concerts
vus à ce jour (1).



Johnny maîtrise parfaitement ce nouveau show “Born Rocker Tour”, très largement inspiré du précédent au Stade de France 2012 (chose que l'on sait avant d'entrer dans la salle). Il est en pleine possession de ses moyens,
au niveau vocal et physique.



Olympia, été 2000. 
 

Il prend un énorme plaisir à chanter, à être sur scène.
Il se donne à fond, tout en n’étant pas du tout épuisé.
Avec une forte dose de folie spontanée et intérieure.
Et de l’improvisation — non pas dans la set-list mais
dans le feeling, le contact avec le public, les musiciens,
le fait de les laisser s’exprimer comme ils le souhaitent.
Et dans la manière de chanter.



Bercy, juin 2013,
arrivée parmi la foule
sur “Que je t'aime”.

Durant ces deux heures quinze, on profite plein pot, les yeux et les oreilles, de chaque morceau. Y compris quand il s’agit des sempiternels mégatubes auxquels on a droit
à chaque tournée : “Que je t’aime”, “Allumer le feu”,
“Ma gueule”, “Gabrielle”, “La musique que j’aime”. Les arrangements conçus par Yarol Poupaud leur redonnent une vitalité, du pep’s, une nouvelle énergie vivifiante.



Printemps 1964, en studio.
À gauche : Manou Roblin,
parolière de nombreux
“Rocks les plus terribles”. 
© coll. Jean-Louis Rancurel 

C’est à partir de la tournée 2012 que “Allumer le feu”
a pris une identité rock’n’roll, au sens “groupe de clubs,
de petites salles”. Entre autres par le fait que l’harmonica
de Greg Zlap y va franco en même temps que les gimmicks de guitares.



Théâtre de Paris,
16 juin 2013, 1h du matin. 
© D.R. 

La première grosse surprise arrive dix minutes après
le début du set. Grand bonheur, “Nashville Blues”
(pas interprété lors des deux soirs précédents à Bercy) remplace avantageusement l’endormant “Je te promets”.

Cette version de “Nashville Blues” est gorgée de blues
et de rock’n’roll, entre les guitares de Yarol Poupaud
(et Robin Lemesurier) et l’harmonica de Greg Zlap.
Johnny interprète à la perfection, avec mélancolie et enthousiasme, ce texte (écrit par Pierre Billon) inspiré
de ses rêves d’Amérique lorsqu’il était enfant puis
adolescent à Paris.




D’ailleurs, sur scène en 2013, Jean-Philippe demeure
le rebelle de la pochette du vinyle microsillons 33 tours “Johnny, reviens ! Les rocks les plus terribles” (1964).
Que ce soit avec Joey & The Showmen ou avec le Yarol Poupaud’s Wild Rock Et Roll Gang, son allure est toujours svelte, son look charismatique, son regard perçant, son visage et sa coiffure affûtés.

Et son état d’esprit artistique est resté le même.
Même si, sur ses albums studio, lorsqu'il chante
(de manière certes convaincante) des ballades passe-partout et interchangeables de variété, ça n'est pas flagrant si l'on n'y prête qu'une oreille distraite.



En studio, printemps 1964,
avec Joey & The Showmen.


Le showman qui est en lui exulte sur “Deux étrangers”, réjouissant morceau de bravoure rhythm’n’blues. Toute la salle vibre à l’unisson du moindre geste ou feulement envoyé par le félin Jean-Phi’. Une magistrale démonstration, visuelle, vocale et musicale, de rhythm’n’blues attitude à la Wilson Pickett.



Durant le final de “Aimer vivre”,
samedi 10 juin 2000,
Tour Eiffel. 


La séquence avec l’orchestre symphonique n'est pas du rock’n’roll au strict sens musical électrique du terme. Toutefois, elle impressionne et captive (“Diego, libre dans sa tête”, “Quelque chose de Tennessee”, “Entre mes mains”, arrangements d’Yvan Cassar).



Dans sa version originale, sur le très mauvais album
baba cool “Rêve et amour” (2) paru en 1968, “Entre mes mains” est une chanson emphatique mais intéressante de pop music avec cordes. En juin 2013 sur scène, elle devient un subtil et poignant moment de théâtralité. Avec une sorte de dramaturgie désespérée qui monte crescendo. Et qui se clôt lorsqu’est montré, en gros plan sur les écrans géants, le poing de Johnny qui se ferme en même temps que s’éteignent les lumières.



Bercy, juin 2013. 
© Laurent Luciani 

Guitares rageuses en avant, “Gabrielle” met à l’honneur Greg Zlap à l’harmonica. Durant ce morceau, avec l’aval du chef, il occupe le devant de la scène, courant d’un bout à l’autre de celle-ci, tout en jouant de son instrument en mode freestyle. Et en regardant le public droit dans les yeux, l’incitant comme lui à sauter en l’air.




Durant “Gabrielle”,
en tournée, juin 2013. 
© D.R.

Pour “Qu’est-ce que tu croyais
les images qui étaient diffusées en fond de scène sur “Rock’n’roll attitude” au Stade de France 2012 sont ici réutilisées. Comme le 10 juin 2000 à la Tour Eiffel et à Bercy 2003, ce morceau se révèle être un puissant titre de scène, de par son ambiance urbaine, nocturne, avec un côté “mauvais garçon” dans 
le texte. Musicalement, même si le tempo est différent,
on peut le rapprocher de “Deux étrangers”, dans son aspect sauvage et voyou. 




“Je te promets”,
Olympia, été 2000. 

La partie acoustique, sur la petite scène tournante au milieu de la salle, est une joie absolue pour les fans de rock’n’roll en français : voir Johnny Hallyday chanter
des standards fifties et sixties de façon dépouillée, revigorante, en électroacoustique, à la bonne franquette. Dans d’irréprochables conditions visuelles et sonores. Tout est nickel.



Durant la session acoustique,
Bercy, juin 2013. 
© D.R. 

“Retiens la nuit”, “Joue pas de rock’n’roll pour moi” (ambiance un peu boogie dans le tempo), “I’m Gonna
Sit Right Down And Cry (Over You)”, “Laisse les filles”,
“Si j’étais un charpentier”, “Tes tendres années
 : les chansons sont toutes interprétées en entier et non pas, heureusement, en forme de medley frustrant. Cela permet de mettre en valeur leurs richesses textuelles, musicales et mélodiques.




Durant la session acoustique,
Bercy, juin 2013.
© D.R. 

Les orchestrations sont telles qu’on les rêve : génialement simples, brutes, souples, limpides. Là encore, avec leurs guitares, Yarol (solos à la Scotty Moore) et Robin Lemesurier font des merveilles. L’harmonica de Greg Zlap joue un rôle très important : comme une sorte de ping-pong musical avec la voix de Johnny et les guitares, d’un vers à l’autre, sur les refrains, ou entre ces derniers et les couplets, etc.



Johnny, en 2013, chante à la perfection, de façon claire, nette, mélodique, avec l’âme et la gniak d’un adolescent rocker énergique. Là encore, il retrouve le chant sauvage, incisif et mordant que l’on entend sur l’album “Les rocks les plus terribles”.



Le groupe transfigure la version originale de “Laisse les filles”, le “That’s all right mama” français. Il lui donne une résonance inédite, une sauvagerie euphorique qui, dans cette interprétation live, élève cette chanson composée par Jean-Philippe Smet (paroles de Jil & Jan) au même niveau des versions studio anthologiques des “Rocks les plus terribles”.



Olympia 1964. 
 

Durant un “Fils de personne” dévastateur, chacun/tout le monde y va à fond. Même s’il ne possède évidemment pas le coffre du Patron, Yarol chante le dernier couplet et
un refrain de toute son énergie. Ça l’effectue car ce qui compte, c’est la fraternité-complicité qu’il y a entre lui
et Johnny lors de ce duo, avec aussi les autres membres
du groupe.



Répétitions en 2013,
ici avec Yarol Poupaud.
 

Sur “L’attente”, album très bien produit et réalisé mais qui ne contient que des titres sans intérêt artistique, “L’amour à mort” est un gros rock FM mastoc indigeste. Par contre, en concert, ça déménage, même si ça n’est pas non plus un chef-d’œuvre électrique.



2007, séance photos pour l'album
“Le cœur d'un homme”. 

Accalmie avec la ballade bienvenue “Si tu pars”, uniquement interprétée auparavant lors du “Flashback Tour”, en 2006/2007.



“Que je t'aime”,
Olympia 2000. 


“L’envie” live 2012/2013 est très proche de l’original de 1986, et à la hauteur de sa création sur scène un an après (show “Johnny se donne à Bercy”). En fond (numérique
et 3D) de scène, s’inscrivent les mots-clés de chaque vers
à l’instant où Johnny les prononce. Il les clame d’une telle manière que l’on n’est plus lassé d’entendre ce morceau majeur, mais dont la symbolique s’était effilochée, vidée de sa substance au fil des tournées. Depuis 2012, c’est comme si on redécouvrait la puissance de cette chanson
de Jean-Jacques Goldman.



Bercy, décembre 2003. 
 

Ultime rappel : deux violons, un violoncelle, un piano (Yvan Cassar) ainsi qu'une guitare acoustique (Robin Lemesurier), et “L’attente” s’avère beaucoup plus émouvante sur scène que sur disque, figée et froide. Puis comme il y a un an Stade de France, “Quand on n’a que l’amour”, en piano et voix, termine en douceur et avec émotion un show historique dans la carrière de Johnny Hallyday.



Final du show de l'Olympia 2000,
après avoir interprété
“Non, je ne regrette rien”. 
 

« J’ai voué ma vie au rock’n’roll. J’y serai fidèle jusqu’au bout. Tout comme je vous serai fidèle ! »
 (© Johnny Hallyday sur la scène de Bercy le 16 juin 2013,
après “L’envie”)

François Guibert
(22 juin 2013)





(1) : “Lorada Tour” (30 mars 1996 sur l’île de Chatou), Stade de France (11 septembre 1998, 28 au 30 mai 2009, 15 au 17 juin 2012), Tour Eiffel (10 juin 2000, 14 juillet 2009), Olympia (2 juillet 2000, 9 décembre 2006), Palais des Sports (3 et 20 juin 2006), Zénith (11 novembre 2006), Parc des Princes (14 & 15 juin 2003), Bercy (15 & 20 décembre 2006, 29 & 30 septembre 2006, 1er & 21 octobre 2006, 13 février 2007, 14 et 16 juin 2013).



Olympia 2000. 

(2) : seul titre à sauver de cet album, “Cours plus vite Charlie”, une eddiecochranerie francisée par Long Chris et saccadée, qui n’a rien à voir avec le reste du disque.



Set list du dimanche 16 juin 2013 :

“Que je t’aime”

“Allumer le feu”

“Ma gueule”

“Nashville Blues”
(à la place de “Je te promets”
interprété les 14 & 15 juin
)

“Marie”

“Deux étrangers”

Avec l’orchestre symphonique de Paris
(dirigé par Anne Gravoin) :

“Diego, libre dans sa tête”
“Quelque chose de Tennessee”
“Entre mes mains”
“20 ans”
(le 14 juin, cette valse a été chantée
en duo avec Florent Pagny
)

“I Who Have Nothing”
(avec la choriste Sy Smith)

Intermède :
“Respect”
(version Aretha Franklin 
par le groupe et les trois choristes)

“Gabrielle”

“Qu’est-ce que tu croyais”

Partie acoustique,
au milieu de Bercy :

“Retiens la nuit”
“Joue pas de rock’n’roll pour moi”
“I’m Gonna Sit Right Down And Cry (Over You)”
“Laisse les filles”
“Si j’étais un charpentier”
“Tes tendres années”

“Fils de personne”
(en duo avec Yarol Poupaud)

“L’amour à mort”

“La musique que j’aime”

1er rappel :

“Si tu pars”
(avec l’Orchestre symphonique de Paris)

“L’envie”
(avec, uniquement le vendredi 14 juin,
l’Orchestre symphonique
)

2e rappel :

“L’attente”

“Quand on a que l’amour”






 Page spéciale
« Chronique de “Yarol” (2019), 
premier album solo 
de YAROL POUPAUD » 

sur ce lien : 
CLIQUEZ ICI




 Page spéciale
« Chronique de l’album 
“J'ai quelque chose à vous dire” 
de DAVID HALLYDAY 
+ son concert du 11 janvier 2019 
à Enghien-les-Bains (95) » 

sur ce lien : 
CLIQUEZ ICI




• Page spéciale
« Compte rendu des concerts

“Tribute to BOBBIE CLARKE,
 VINCE TAYLOR & SES PLAY-BOYS,
JOHNNY HALLYDAY 
(“Les rocks les plus terribles”)”

de RICKY NORTON & THE NEW SHOWMEN

— le 26 mai 2018 
au Jazz Club Méridien Etoile (75017)

— avec JOEY GRECO 
le 13 juin 2018 
au Jazz Café Montparnasse (75014 Paris) » 

sur ce lien :
CLIQUEZ ICI





 Page spéciale 
(avec compte rendu détaillé)
 

« Concert du groupe 
“RESTER VIVANT TOUR” 
de JOHNNY HALLYDAY 
le 9 décembre 2017 
à La Madeleine (Paris) » 
sur ce lien : 
CLIQUEZ ICI




 

 Page spéciale
« Compte rendu
des trois concerts
de JOHNNY HALLYDAY
les 15, 16 & 17 juin 2012
au STADE DE FRANCE
(Saint-Denis) »

sur ce lien : 
CLIQUEZ ICI



 Page spéciale
(avec compte rendu détaillé)
« JEAN-PHILIPPE SMET
(JOHNNY HALLYDAY),
AUDREY DANA
& JULIEN COTTEREAU
dans la pièce 
“LE PARADIS SUR TERRE

de TENNESSEE WILLIAMS 

au THEATRE EDOUARD VII (Paris) »
sur ce lien : 
CLIQUEZ ICI

 



 

























 

 































































































































































 

Aujourd'hui sont déjà 120672 visiteurs (224936 hits) Ici!
Ce site web a été créé gratuitement avec Ma-page.fr. Tu veux aussi ton propre site web ?
S'inscrire gratuitement