Site (non officiel) consacré à HEARTBREAK HOTEL et THE HELLBOYS (NIKOLA ACIN).
Site non officiel consacré à HEARTBREAK HOTEL, THE HELLBOYS, NIKOLA ACIN, YAROL POUPAUD, JOHNNY HALLYDAY.
Visuels de l'album "MUTANT LOVE" (2006) de THE HELLBOYS.
Visuels de l'album "SNAKE EYES" (2008) de HEARTBREAK HOTEL.
Vidéos officielles de HEARTBREAK HOTEL (de 2007 a 2010) et des HELLBOYS (2006).
Visuels de HEARTBREAK HOTEL en 2006 et 2007.
Chronique du CD "SNAKE EYES" de HEARTBREAK HOTEL dans "ROCK n FOLK" (aout 2008).
Chronique du CD "SNAKE EYES" de HEARTBREAK HOTEL dans "ACCORDEON et ACCORDEONISTES" (octobre 2009).
Chroniques des albums de THE HELLBOYS et HEARTBREAK HOTEL par NICOLAS UNGEMUTH dans "ROCK ET FOLK" (juillet 2011).
Interview des HELLBOYS dans le fanzine "L'ORDONNANCE" (2004).
Hommage a NIKOLA ACIN par "ROCK N FOLK" (juin 2008).
"MES DISQUES A MOI" : YAROL POUPAUD (dans "ROCK N FOLK", avril 2010).
"JUKE BOX MENTAL" par NIKOLA ACIN : DICK RIVERS, CHRISTOPHE, LEE HAZLEWOOD, APRIL MARCH, VIGON, SMOKEY ROBINSON, YAROL POUPAUD, IKE TURNER, WENDY JAMES, NEIL YOUNG, SAM MOORE.
30 singles rock n roll par NIKOLA ACIN (2007).)
Concerts "Le retour du kif" de LES MALKA FAMILY les 19 et 20 decembre 2019 a La Maroquinerie (Paris) : compte rendu.
Chronique de "YAROL" (2019), premier album solo de YAROL POUPAUD.
DAVID HALLYDAY ("Le temps d'un concert") : chronique de son album "J'ai quelque chose a vous dire" et de son concert du 11 janvier 2019 a Enghien-les-Bains (95).
Concerts hommages a JOHNNY HALLYDAY ("Les rocks les plus terribles"), BOBBIE CLARKE, VINCE TAYLOR ET SES PLAY-BOYS par RICKY NORTON & THE NEW SHOWMEN + JOEY GRECO les 26 mai et 13 juin 2018 a Paris : compte rendu.
MALKA FAMILY, album "Le retour du kif" (2017) + concerts a La Cigale (Paris) et au Chinois ("Tous a la Discomobile !" a Montreuil) en janvier 2018 : chronique detaillee.
Concert du groupe du "RESTER VIVANT TOUR" de JOHNNY HALLYDAY le 9 decembre 2017 a La Madeleine (Paris) : compte rendu.
JOHNNY HALLYDAY (concerts "Rester vivant" et "De l amour") les 27 et 29 novembre 2015 + 2 et 3 fevrier 2016 a Bercy AccorHotels Arena (Paris) : compte rendu.
YAROL POUPAUD + THE HELLBOYS + PHILIPPE ALMOSNINO (concert "Mutant Love" pour NIKOLA ACIN) le 22 decembre 2015 au Bus Palladium (Paris) : compte rendu.
JOHNNY HALLYDAY le 15 decembre 2013 au TRIANON (Paris) : compte rendu.
Dernier concert parisien de LITTLE RICHARD, le 7 juin 2005 a L'OLYMPIA : compte rendu.
GERARD BLANCHARD le 24 juin 2013 au THEATRE DU PETIT SAINT MARTIN (Paris) : compte rendu.
Compte rendu du show "BORN ROCKER TOUR" de JOHNNY HALLYDAY le 16 juin 2013 a BERCY (Paris).
RACHID TAHA "ZOOM" le 16 mai 2013 au TRIANON (avec MICK JONES) et le 12 juillet 2013 sur la place de la Republique (Paris) : compte rendu.
Compte rendu du show "MISTER D TOUR" de DICK RIVERS : au CASINO DE PARIS 2011, à l'OLYMPIA (2012), à Noisy-le-Grand et Clamart (2013).
JEAN-LUC LAHAYE le 30 mars 2013 au BATACLAN (Paris) : compte rendu.
SUPERBUS "SUNSET CLUB TOUR" le 11 decembre 2012 a l'OLYMPIA (Paris) : compte rendu.
Concerts live "STARS 80" au GRAND REX et MADER a Villeneuve (oct. 2012) : comptes rendus.
CHRIS ISAAK le 12 octobre 2012 au GRAND REX (Paris) : compte rendu.
LES AVIONS le 3 octobre 2012 au SCOP CLUB (Paris) : compte rendu.
DIDIER WAMPAS AND THE BIKINI MACHINE, SUGAR AND TIGER, EFFELLO ET LES EXTRATERRESTRES le 29 septembre 2012 a la MAROQUINERIE (Paris) : compte rendu.
JOHNNY HALLYDAY "TOUR 2012" les 15, 16 et 17 juin 2012 au STADE DE FRANCE (Saint-Denis) : compte rendu.
ICI PARIS, "LE RETOUR" (2012) : chronique detaillee du nouveau CD et du show 2012.
INXS le 11 decembre 2011 au BATACLAN (Paris) : compte rendu.
JEAN-PHILIPPE SMET dans "LE PARADIS SUR TERRE" au THEATRE EDOUARD VII (Paris) : compte rendu.
"TRIBUTE TO PIERO CACCIA" avec YAROL POUPAUD, MARIE FRANCE, CONTROL CLUB, BERTRAND BURGALAT le 31 mai 2010 au GIBUS (Paris).
HEARTBREAK HOTEL (YAROL POUPAUD, ALAIN CHENNEVIERE, HUGO HOOKA HEY, TONY TRUANT, HUBERT 06 THE HUB, THOMAS DARMON, GAEL, JOCELYN, CLARA, NAOMI GREENE) le 26 fevrier 2010 au SCOPITONE (Paris).
HEARTBREAK HOTEL (YAROL POUPAUD and friends) le 22 janvier 2010 au POINT FMR (Paris).
"NIKOLA ACIN TRIBUTE" (YAROL POUPAUD, THE HELLBOYS, HEARTBREAK HOTEL, VINCENT PALMER, ALAIN CHENNEVIERE et de nombreux guests) le 27 juin 2008 au GIBUS (Paris).
THE HELLBOYS le 9 mai 2008 au GIBUS (Paris).
HEARTBREAK HOTEL le 2 decembre 2006 et le 31 mars 2007 au NOUVEAU CASINO (Paris).
THE HELLBOYS au "AIRWAVES ROCK FESTIVAL" le 26 juin 2006 a LA CIGALE (Paris).
THE HELLBOYS le 2 juin 2006 au GIBUS (Paris).
THE HELLBOYS et NINA ROBERTS : "NINA IS A PUNK ROCKER" (dans "Rock n Folk", novembre 2005).
Contact
Livre d'or
Compteur
 

Concerts hommages a JOHNNY HALLYDAY ("Les rocks les plus terribles"), BOBBIE CLARKE, VINCE TAYLOR ET SES PLAY-BOYS par RICKY NORTON & THE NEW SHOWMEN + JOEY GRECO les 26 mai et 13 juin 2018 a Paris : compte rendu.












13 juin 2018, Jazz Café Montparnasse (75014) : Simon Elliot (clavier),
Jean-Michel Coroller (guitare), Gérald Coulondre (batterie),
Ricky Norton, Joey Greco (guitare), Romain Decoret (basse).
Photo amateur prise par François Guibert.





1°) RICKY NORTON & THE NEW SHOWMEN

Concerts
« Tribute to BOBBIE CLARKE,
VINCE TAYLOR & SES PLAY-BOYS,

“Les rocks les plus terribles”
de JOHNNY HALLYDAY »


— le
samedi 26 mai 2018

au Jazz Club Méridien Etoile (75017 Paris)


— avec
JOEY GRECO

le mercredi 13 juin 2018

au Jazz Café Montparnasse (75014 Paris) :


Vince Taylor & les Play-Boys + “Les rocks les plus terribles” (1) de Johnny Hallyday : Ricky Norton rend
un fabuleux hommage, plein de vie, à ces monuments
de l’histoire du rock’n’roll français. Parmi leurs points communs : Bobbie Clarke, membre des Play-Boys et de Joey & les Showmen (groupe accompagnant Johnny
sur “Les rocks”).




Ricky a récemment sorti un fantastique album,
“Tribute to Bobbie Clarke” (mon disque préféré parmi
toutes les nouveautés de 2018). Quarante-quatre minutes avec, ô joie, uniquement des titres rapides sauf un 
(“Love Me”).

Il chante trois “Rocks les plus terribles” (“Au rythme
et au blues”, “Susie-Lou”, “Rien que huit jours”),
un original en français saluant l’âme de son ami Clarke (“Hey Bobbie !”), un Elvis (“Big Hunk O’ Love”),
un Jerry Lee Lewis (“Great Balls of Fire”) et neuf morceaux (2) de prédilection de Vince Taylor 1958/1964.




Sur scène comme sur disque, Ricky assure vocalement
en anglais aussi bien qu’en français. Aucun accent chancelant pour chanter en version originale les mots
des pionniers 50s anglophones. Maîtrisant son art, il a
le feeling, dans sa voix comme dans sa prestance scénique.



Avec ses concerts consacrés à Vince Taylor, et aux côtés des New Showmen, il atteint un summum, une grâce idéale. Ce spectacle se doit de tourner en Île-de-France ainsi qu’aux quatre coins de l’Hexagone.

Que ce soit pour un public d’initiés (cercles rockabilly)
ou pour faire découvrir le son et le style Vince auprès
d’un public beaucoup plus large (lors de festivals, etc.).




En les New Showmen, il a trouvé le groupe parfait pour reprendre les standards gravés pour l’éternité sur vinyles par Vince et ses Play-Boys.




La presque trentaine de titres du répertoire de Vince Taylor & ses Play-Boys présentée live par Ricky et les
New Showmen est jouée et chantée avec le même son rare, mystique, vaudou, ensorcelant et envoûtant des disques studio Barclay 1961/1965.

Ils rejouent sans copier les mêmes détails, sonorités, ambiances, sons de guitares, roulements, coups dingos
et chorus de batterie.




Les New Showmen semblent être le seul groupe en activité qui joue à ce point, aussi bien, avec un tel degré de perfection, les versions vincetayloriennes des succès de Ricky Nelson, Eddie Cochran, Elvis Presley, Chuck Berry, Johnny Kidd, etc.

Où, en plus, la spontanéité et l’envie d’avoir envie de faire du rock et roll sont présentes tout du long du concert.




À
la batterie : le 13 juin, Gérald Coulondre (de la génération prépunk rockab’ 1977, ex-Banlieue Est) ;
et le 26 mai, son aîné Bernard Bayoux (qui a vu Johnny, Joey Greco & les Showmen à l’Olympia 1964).

Tous deux ont assimilé les automatismes spontanés de Bobbie Clarke qu'on entend dans
Les rocks” et les enregistrements studio de Vince & ses Play-Boys.

Ils reproduisent de façon vivante, nette et précise
le moindre coup de cymbale, batterie, double
grosse caisse, ou caisse claire de Bobbie que l’on entend
sur ces disques. (3)


 

Bassiste tout-terrain rock et roll, Romain Decoret connaît lui aussi, depuis des décennies, ses classiques des 50s
et 60s.

Il a accompagné beaucoup de rockers français première génération (Long Chris en 2015/2016, Jicé Warning
au sein de Hôtel du Rock, etc.) et étrangers quand ils se produisent dans l’Hexagone (dont Joey et Bobbie).
Il a souvent joué avec le clavier Simon Eliott,
autre membre émérite des New Showmen.




Lors du set spécial “Les rocks les plus terribles”
(le 13 juin), Joey Greco et Jean-Michel Coroller
se complètent comme il faut. Joey en 2018, c’est l’énergie avant tout, la fougue, les solos, la mise en avant, la fronde, l’éclate.



Durant ces cinquante minutes live avec Joey, Jean-Michel Coroller devient guitariste rythmique, tel Claude Djaoui au sein des Showmen 1964. Il est dans l’orfèvrerie subtile, raffinée, élégante. Il est là pour servir, accompagner, mettre en valeur le jeu du leader guitar hero américain légitime de la soirée.


Lors des deux autres sets du 13 juin ainsi que durant
les trois heures de concert (en trois sets) du 26 mai
au Jazz Méridien Etoile, Jean-Michel Coroller est 
l’unique guitariste, assurant solos et rythmique.




Sur l’album “Les rocks”, à chaque intervention (entre deux vers chanté par Johnny, ou durant les solos),
Joey Greco forme comme un dialogue guitare/chant
avec Johnny (exemples : durant les couplets de “Johnny, reviens !” et “Ô Carole”).

Sur scène, en 2018, il est le soliste. Et c’est ce qu’on attend de lui en tant que spectateur. Ricky lui-même, avec son chant, met en avant Joey.




Ricky est au top quand il interprète les rocks de Hallyday. D’abord, avant tout, ceux de l’album “Johnny, reviens !”. Sur scène, avec ou sans Joey Greco, il chante “Lucille”, “Celui que tu préfères”, “Frankie & Johnny”,
“Oh ! Laisse-la partir”, “Rien que huit jours”,
“Au rythme et au blues”, “Susie-Lou”, “Ô Carole”,
et bien sûr “Johnny, reviens !”.




Puis les morceaux de “Rock à Memphis” (1975) :
“37e étage”, “La fille de l’été dernier”, “Un garçon sur la route” (trois rocks signés Long Chris, présent dans la salle le 13 juin aux côtés de son acolyte actuel, le guitariste Grégoire Garrigues).

“Comme un fou”, le bonus “Train sans espoir (Mystery Train)” (deux bons petits textes signés Michel Mallory).
Et “Ma chérie, c’est moi” (toujours du Mallory
mais versant balourd).



Long Chris live 2016/2017. Avec les Jingling Spurs.
De gauche à droite : Alexis Mazzoleni,
Romain Decoret, Long Chris, Simon Elliot, Fred Kolinski. 

Ainsi que “Elle est terrible”, “Rebel Rouser” (sans Ricky, logique, vu que c’est instrumental). “Les bras en croix”, chouette composition signée Johnny Hallyday pour tous les Copains français cow-boys d’opérette s’imaginant « dans la vallée de l’Oklahoma ». Sur ce titre, Jean-Michel adopte un son Hank Marvin (Shadows).
 


L’inoffensif “Souvenirs souvenirs” est rejoué avec les mêmes sons de batterie peu sûre d’elle et de guitare gentillette de l’original bringuebalant de 1960.




Certes bien chantées, les ballades consensuelles (“Douce violence”, “Retiens la nuit”, “L’idole des jeunes”, “Tes tendres années”) tout comme “Avec une poignée de terre” ralentissent le concert. On vient pour entendre des titres échevelés, sauvages.

“J’ai pleuré sur ma guitare” est toutefois très émouvante. Ricky étant fan d’Elvis (créateur de la version originale
de ce titre, “Loving Arms”), il le chante façon Presley 70s.


A gauche : Manou Roblin,
parolière de huit “Rocks les plus terribles” 
de Johnny Hallyday.
Lors de l'enregistrement de cet album.

Il y a des bonus : “Excuse-moi partenaire”, superbe tandem Ricky/Joey. Ce dernier reproduit à l’identique l’intro et les ornements divers de la version de 1964, tandis que Ricky chante de tout son cœur (comme toujours).

“Memphis” (Chuck Berry prépsychédélisé) en deux versions : d’abord, celle vocale, inspirée de Vince Taylor 1964 & les New Play-Boys (alias les Showmen 1964,
du moins Bobbie Clarke et Joey Greco). Puis, en frontman solo, l’instrumental des Showmen 1964.


Johnny Hallyday et Manou Roblin
dans la loge de l'Olympia 1964.
 

Joey conviendrait sans problème qu’il n’est pas un grand chanteur. Aussi, il reprend sans prétention vocale “Oh ! Pretty Woman” de Roy Orbison (en anglais). Tout en jouant le gimmick guitaristique (l’intro, etc.) de cette ode pop universelle à La Femme et les divers sons de guitare, secondé à la six-cordes rythmique par Jean-Michel Coroller.


Joey Greco et Johnny Hallyday
durant l'enregistrement
des “Rocks les plus terribles”.
 

Ce magnifique set, rentre-dedans, impulsif, nerveux, carré, avec Joey Greco en vedette américaine restera dans la mémoire en tant que spectateur. Venu des Amériques, Joey Greco en 2018 qui joue “Les rocks les plus terribles” à Paris ! Le rêve !

C’est génial de voir jouer, à quelques mètres de la scène, dans un confort d’écoute optimal, le guitariste qui a été aux côtés de Johnny Hallyday pour son mythique Olympia en 1964.

Celui qui, avec le batteur Bobbie Clarke, demeure à jamais l’architecte sonore des musiques du chef-d’œuvre que sont “Les rocks”. En compagnie d’un groupe,
The New Showmen, et d’un chanteur, Ricky Norton,
qui assurent totalement.


François Guibert

(30 juillet 2018)



Le 33 tours “Les rocks les plus terribles”,
d'origine, dédicacé par Bobbie Clarke en 2004
et Joey Greco le 13 juin 2018. 
 

(1) : un disque écouté avec enthousiasme des milliers
de fois, dix à vingt fois par mois, depuis sa découverte
en 1995. C’est l’album de ma vie, avec “39 de fièvre”
de Marie France et “Mystère” de La Femme.




(2) : “I’ll Be Your Hero”, “Baby Let’s Play House”,
“Big Blond Baby”, “Love Me”, “Shakin’ All Over”, “Ready Teddy”, “Hello Marylou”, “What’cha Gonna Do”, “Memphis Tennessee”.




(3) : au sein du groupe Rock’n’Roller, Gérald a accompagné Vince Taylor en 1975 et 1976 pour plusieurs concerts. Et une prestation télé en mars 1977.

Simon, Romain, Joey et Bobbie ont improvisé “Whole Lotta Shakin’ Goin’ On” avec Johnny Hallyday dans l’émission “Sacrée soirée” (TF1) en 1992.

Joey, en provenance spéciale des Etats-Unis d’Amérique, et Romain étaient présents en l’église de la Madeleine
le 9 décembre 2017 pour les obsèques de Johnny.


N.B. : tout fan ou personne ayant connu en vrai ou vu sur scène le chanteur des Play-Boys se doit d’acquérir le livre
Vince Taylor, le perdant magnifique” (Editions Saphyr, Kalohé Productions, paru en janvier 2015, 40 €)
de Thierry Liesenfeld.


1961 : Johnny Hallyday et Vince Taylor
au club Saint-Hilaire (Paris).
 

Ce dernier a effectué un travail de titan en réunissant
des centaines de photos, dont les trois quarts sont rares ou très souvent inédites. Il y a de très nombreuses coupures
de presse originelles, scannées telles quelles (et c’est tant mieux), d’époque. De 1959 (année de sortie de
Brand New Cadillac”) au décès du chanteur en 1991.



1er mai 1964 à Reims : dans la coulisse. 
Johnny vient de donner son dernier concert
avant son service militaire qui commencera
le 12 mai en Allemagne. 

 

Les dates des sessions d’enregistrement, les noms des musiciens sur tel titre, la discographie mondiale sont également recensés. De façon lisible, claire, attrayante.


1er mai 1964 à Reims : dans la coulisse. 
Johnny vient de donner son dernier concert 
avant son service militaire qui commencera 
le 12 mai en Allemagne.

  

La maquette est un exemple de pertinence et d’attractivité en matière de livre sérieux et chouette sur un artiste rock et roll.



Sur 380 pages format A4, son texte retrace minutieusement la vie, le parcours de Vince Taylor. Contrairement à l’ignoble bouquin pourri
Vies et mort de Vince Taylor” (Fayard, 2014) de Fabrice Gaignault
qui le piétine allègrement, Thierry respecte le rocker
dans sa façon d’écrire.


1964 : Johnny Hallyday
durant son service militaire
et Vince Taylor.
 

Gaignault, lui, relate moults détails et péripéties ultraglauques, spécialement à la fin des années 1970
et durant les années 1980. En plus, tout au long du livre,
il y a un gros problème d’absence de guillemets
(ou d’italiques) dès qu’il cite les propos d'autres personnes que lui (ou dont il a repris des propos dans d’autres livres).


1982 : Johnny Hallyday 
(période “Quelque part un aigle”, “La peur”) 
et Vince Taylor 
(période Big Beat Records & Jacky Chalard). 
Pour les 20 ans de “Salut les copains”.
 

N’achetez pas le torchon craignos de Gaignault. Précipitez-vous par contre sur la splendeur qu’est
Le perdant magnifique” de Liesenfeld. Cet ouvrage
est à conserver toute sa vie. Pour le feuilleter, lire, relire régulièrement. Personne ne fera jamais mieux que cela
en matière d’ouvrage sur Vince.





2°) RICKY NORTON & THE NEW SHOWMEN
jouent VINCE TAYLOR ET LES PLAY-BOYS

le mardi 11 décembre 2018

au Cosy Montparnasse (Paris) :


Ricky Norton et les New Showmen (Jean-Michel Coroller à la guitare, Romain Decoret à la basse, Bernard Bayoux
à la batterie) jouent vingt-quatre standards rock et roll (incluant des ballades) enregistrés par Vince Taylor
& les Play-Boys.


Ils ont le son, l'esprit des Play-Boys. C'est un régal d'entendre en live en 2018/2019 ce répertoire sensationnel, avec donc le son Play-Boys, et un chant avec un accent anglais irréprochable.


Ce spectacle spécial Vince mérite de tourner un maximum en Île-de-France et dans toute la France. D'autant qu'il n'y a aucun autre hommage à Vince (encore moins à Bobbie Clarke) le temps de tout un concert par d'autres groupes ou artistes. Et surtout, il faut le redire : c'est le son des Play-Boys. Fantastique concert.

François Guibert
(12 décembre 2018)



Nouveau CD single de
RICKY NORTON chante JOHNNY :
Hymne à l'amour
(Bercy 1995 + Lorada Tour 1995/1996),
Sur ma vie (Stade de France 1998),
Et maintenant (Stade de France 2009).

Enregistré en studio le 9 novembre 2018, le CD single
Ricky Norton chante Johnny est d’un très haut niveau vocal. Trois standards du final de Bercy 1995, des Stade de France 1998 et 2009, que Ricky chante remarquablement, à sa manière, sans copier Johnny (ni Aznavour, Bécaud, Piaf), d’une grande dignité et sobriété.

Qu’il ait pu enregistrer ces trois titres en une seule journée pour un tel résultat bluffant est une preuve de plus de la diversité de ses propositions artistiques. C’est aussi bien que lorsqu’il chante
Les rocks les plus terribles ou Vince Taylor et ses Play-Boys. 

François Guibert
(12 décembre 2018)









Dans le “courrier des lecteurs” 
de “Juke Box Magazine” (février 2018) : 
une lettre de Romain Decoret. 
Il est bassiste de Long Chris, 
Bobbie Clarke (décédé en août 2014), 
Joey Greco et plein d'autres rockers français 
(et internationaux lorsqu'ils viennent jouer en France). 



Dédicace de Jean-William Thoury
(réalisateur, auteur, manager de Bijou de 1976 à 1984,
réalisateur et auteur de l'album “39 de fièvre” de Marie France,
chef des infos à “Juke Box Magazine” depuis 1984).
 

Ecoutez le set intégral
“LES ROCKS LES PLUS TERRIBLES” (48 mn) 
de JOEY GRECO + RICKY NORTON
& THE NEW SHOWMEN 
le mercredi 13 juin 2018 
au Jazz Café Montparnasse (75014 Paris)

sur ce lien :
CLIQUEZ ICI




Ecoutez les chansons du concert
“Tribute to JOHNNY HALLYDAY
& BOBBIE CLARKE”
de RICKY NORTON & THE NEW SHOWMEN
(+ JOEY GRECO)
le mercredi 13 juin 2018
au Jazz Café Montparnasse (75014 Paris)


• “Rebel Rouser” (instrumental) :
CLIQUEZ ICI



• “Elle est terrible” :
CLIQUEZ ICI



• “Train sans espoir”
(sessions “Rock à Memphis”, 1975) :
 
CLIQUEZ ICI



• “Retiens la nuit”.

• “Les bras en croix” :
CLIQUEZ ICI



• “Souvenirs souvenirs”.

• “Douce violence”.

• “Comme un fou”
(“Rock à Memphis”, 1975) :
CLIQUEZ ICI



• “Venez tous avec moi”
(texte LONG CHRIS, 1974) :

CLIQUEZ ICI



• “L'idole des jeunes”.
 

• “La fille de l'été dernier”
(texte LONG CHRIS,
“Rock à Memphis”, 1975) :
CLIQUEZ ICI



• “Tes tendres années” :
 
CLIQUEZ ICI



• “37e étage”
(texte LONG CHRIS,
“Rock à Memphis”, 1975) :
CLIQUEZ ICI



• “J'ai pleuré sur ma guitare” :
CLIQUEZ ICI



• “Un garçon sur la route”
(texte LONG CHRIS,
“Rock à Memphis”, 1975) :
CLIQUEZ ICI



• “Memphis Tennessee”
(version vocale Vince Taylor 1964)
avec JOEY GRECO :

CLIQUEZ ICI



• “Lucille”
(“Les rocks les plus terribles”, 1964)
avec JOEY GRECO :
CLIQUEZ ICI



• “Au rythme et au blues”
(texte MANOU ROBLIN,
“Les rocks les plus terribles”, 1964)
avec JOEY GRECO :
CLIQUEZ ICI



• “Celui que tu préfères”
(“Les rocks les plus terribles”, 1964)
avec JOEY GRECO :

CLIQUEZ ICI



• “Frankie & Johnny”
(texte MANOU ROBLIN,
“Les rocks les plus terribles”, 1964)
avec JOEY GRECO :
CLIQUEZ ICI



• “Oh ! Laisse-la partir”
(texte MANOU ROBLIN,
“Les rocks les plus terribles”, 1964)

avec JOEY GRECO :
CLIQUEZ ICI



• “Excuse-moi partenaire”
avec JOEY GRECO :
CLIQUEZ ICI



• “Susie-Lou”
(texte MANOU ROBLIN,
“Les rocks les plus terribles”, 1964)

avec JOEY GRECO :
CLIQUEZ ICI



• “Ô Carole”
(texte MANOU ROBLIN,
“Les rocks les plus terribles”, 1964)

avec JOEY GRECO :
CLIQUEZ ICI



• “Rien que huit jours”
(texte MANOU ROBLIN,
“Les rocks les plus terribles”, 1964)

avec JOEY GRECO :
CLIQUEZ ICI



• “Oh ! Pretty Woman”
(Roy Orbison chanté
par JOEY GRECO) :
CLIQUEZ ICI



• “Memphis”
(version instrumentale
Joey & The Showmen 1964)
avec JOEY GRECO :
CLIQUEZ ICI



• “Johnny, reviens !”
(texte MANOU ROBLIN,
“Les rocks les plus terribles”, 1964)

avec JOEY GRECO :
CLIQUEZ ICI



• “Shakin' All Over”
(Vince Taylor & ses Play-Boys) :
CLIQUEZ ICI



• “Ready Teddy”
(Vince Taylor & ses Play-Boys) :

CLIQUEZ ICI



• “Love Me”
(Vince Taylor & ses Play-Boys) :
CLIQUEZ ICI



• “I Like Love”
(Vince Taylor & ses Play-Boys) :
CLIQUEZ ICI



• “Hello Mary Lou”
(Vince Taylor & ses Play-Boys) :
CLIQUEZ ICI



• “What'cha Gonna Do”
(Vince Taylor & ses Play-Boys) :
CLIQUEZ ICI



• “Whole Lotta Shakin' Goin' On”
avec JOEY GRECO. 




— Ecoutez les chansons du concert
“Tribute to JOHNNY HALLYDAY
& BOBBIE CLARKE”
de RICKY NORTON & THE NEW SHOWMEN
le samedi 26 mai 2018
au Jazz Club Etoile Méridien (75017 Paris) : 


Set JOHNNY HALLYDAY

• “Johnny, reviens !”
(texte MANOU ROBLIN,
“Les rocks les plus terribles”, 1964) :

CLIQUEZ ICI



• “La fille de l'été dernier”
(texte LONG CHRIS, 
“Rock à Memphis”, 1975) :

CLIQUEZ ICI



• “Train sans espoir”
(sessions “Rock à Memphis”, 1975) :
CLIQUEZ ICI




• “Frankie & Johnny” 

(texte MANOU ROBLIN, 
“Les rocks les plus terribles”, 1964) :

CLIQUEZ ICI



• “Susie-Lou”

(texte MANOU ROBLIN, 
“Les rocks les plus terribles”, 1964) : 
CLIQUEZ ICI




• “Ma chérie c'est moi”
(“Rock à Memphis”, 1975) :
CLIQUEZ ICI



• “Retiens la nuit”.
 

• “Avec une poignée de terre”.

• “Les bras en croix” : 
CLIQUEZ ICI



• “Au rythme et au blues”
(texte MANOU ROBLIN, 
“Les rocks les plus terribles”, 1964) :

CLIQUEZ ICI



• “Douce violence”.
 

• “Souvenirs souvenirs” :
CLIQUEZ ICI



• “Comme un fou”
(“Rock à Memphis”, 1975) :

CLIQUEZ ICI



• “Venez tous avec moi”
(texte LONG CHRIS, 1974) :
CLIQUEZ ICI



• “Celui que tu préfères”
(“Les rocks les plus terribles”, 1964) :

CLIQUEZ ICI



• “Oh ! Laisse-la partir”
(texte MANOU ROBLIN, 
“Les rocks les plus terribles”, 1964) :
CLIQUEZ ICI 




• “L'idole des jeunes”.

• “Rebel Rouser” :
CLIQUEZ ICI

• “Excuse-moi partenaire” :
CLIQUEZ ICI



• “Un garçon sur la route”
(texte LONG CHRIS,
“Rock à Memphis”, 1975) :
CLIQUEZ ICI



• “Tes tendres années”.

• “Elle est terrible” :
CLIQUEZ ICI



• “J'ai pleuré sur ma guitare” :
CLIQUEZ ICI



• “Rien que huit jours”
(texte MANOU ROBLIN, 
“Les rocks les plus terribles”, 1964) :

CLIQUEZ ICI



Set VINCE TAYLOR & SES PLAY-BOYS

• “I'll Be Your Hero” :
CLIQUEZ ICI



• “Baby Let's Play House” :
CLIQUEZ ICI



• “Big Blond Baby” :
CLIQUEZ ICI



• “Love Me” :
CLIQUEZ ICI



• “Shakin' All Over” :
CLIQUEZ ICI



• “Ready Teddy” :
CLIQUEZ ICI



• “Hello Mary Lou” :
 
CLIQUEZ ICI



• “So Glad You're Mine” :
CLIQUEZ ICI



• “I Like Love” :
CLIQUEZ ICI



• “C'Mon Everybody”

• “Long Tall Sally” :
CLIQUEZ ICI



• “Mean Woman Blues” :
CLIQUEZ ICI



• “Don't Leave Me Now” :
CLIQUEZ ICI



• “Blue Jean Bop” :
CLIQUEZ ICI



• “What'cha Gonna Do” :
CLIQUEZ ICI



• “Sweet Little Sixteen” :
CLIQUEZ ICI



• “Pledging My Love” :
CLIQUEZ ICI



• “Rip it Up” (& 
“Ready Teddy” bis) :
CLIQUEZ ICI

• “Brand New Cadillac” :
CLIQUEZ ICI



• “Twenty Flight Rock” :
CLIQUEZ ICI



• “Trouble” :
CLIQUEZ ICI




• “Memphis Tennessee” :
CLIQUEZ ICI



• “Move Over Tiger” :

CLIQUEZ ICI



• “Maybellene” :
CLIQUEZ ICI




— Ecoutez les chansons du concert 
“Tribute to VINCE TAYLOR & LES PLAY-BOYS”
de RICKY NORTON & THE NEW SHOWMEN 
le mardi 11 décembre 2018 
au Cosy Montparnasse (75015 Paris) : 
 

• “I’ll Be Your Hero” : 
CLIQUEZ ICI



• “Baby Let’s Play House” :

CLIQUEZ ICI



• “Big Blond Baby” : 
CLIQUEZ ICI



• “Love Me” :
CLIQUEZ ICI



• “Shakin All Over” :

CLIQUEZ ICI



• “Ready Teddy” :
CLIQUEZ ICI



• “Hello Mary Lou” :
CLIQUEZ ICI



• “So Glad You’re Mine” :

CLIQUEZ ICI



• “I Like Love” : 
CLIQUEZ ICI



• “Don’t Ever Let Me Go”


• “C’Mon Everybody” :
CLIQUEZ ICI



• “Long Tall Sally” :
CLIQUEZ ICI




• “Mean Woman Blues” :

CLIQUEZ ICI



• “Don’t Leave Me Now” : 

CLIQUEZ ICI



• “Blue Jean Bop” :

CLIQUEZ ICI



• “What’cha Gonna Do” :
CLIQUEZ ICI



• “Sweet Little Sixteen” :

CLIQUEZ ICI


• “Pledging My Love” :
CLIQUEZ ICI



• “Rip It Up” :

CLIQUEZ ICI



• “Brand New Cadillac” :

CLIQUEZ ICI



• “Twenty Flight Rock” :

CLIQUEZ ICI



• “Trouble” :

CLIQUEZ ICI



• “Maybellene” :

CLIQUEZ ICI



• “Move Over Tiger” :

CLIQUEZ ICI



• “Memphis Tennessee” :

CLIQUEZ ICI



Écoutez les instrumentaux studio 1964 
de JOEY AND THE SHOWMEN : 


— “Memphis” : 

CLIQUEZ ICI



— “Surf Train” :
CLIQUEZ ICI




— “Rinky Dink” :

CLIQUEZ ICI



— “I Can't Sit Down” :
 

CLIQUEZ ICI



— “Au revoir Johnny” :
CLIQUEZ ICI




— “Wow Wow Wow Wow” :
CLIQUEZ ICI




— “Cauchemar” :
CLIQUEZ ICI




— “Wild Week-End” :
CLIQUEZ ICI




Le nouveau Compact Laser de Ricky Norton,
“Ricky chante Johnny”. Paru mi-juin 2018.


L'album “Chansons bizarres pour gens étranges (vol. 3)” 
de Long Chris. Paru en mars 2018.
Produit et composé par le guitariste Grégoire Garrigues
(Super Wagner, Grégoire IV, Claudia Colonna & ses Guépards, etc.)








Le Compact Disc Laser “Music is Life” (2018)
de Dave McMurray, saxophoniste en chef
du "Rester vivant tour" de Johnny Hallyday.







 Page spéciale
(avec compte rendu détaillé)
« Interview de MANOU ROBLIN, 
parolière de huit textes 
de l'album “Johnny, reviens ! 
Les rocks les plus terribles” (1964) 
de JOHNNY HALLYDAY »
sur ce lien :
CLIQUEZ ICI




• Page spéciale
« Chronique de “Yarol” (2019), 
premier album solo 
de YAROL POUPAUD » 

sur ce lien :
CLIQUEZ ICI




• Page spéciale
« Chronique de l’album 
“J'ai quelque chose à vous dire” 
de DAVID HALLYDAY 
+ son concert du 11 janvier 2019 
à Enghien-les-Bains (95) » 

sur ce lien :
CLIQUEZ ICI




 
Page spéciale 
(avec compte rendu détaillé)
 

« Concert du groupe 
“RESTER VIVANT TOUR” 
de JOHNNY HALLYDAY 
le 9 décembre 2017 
à La Madeleine (Paris) » 
sur ce lien :
CLIQUEZ ICI




• Le concert intégral (102 mn)
“Vaincre le cancer”
de JOHNNY HALLYDAY
le dimanche 10 juillet 2016 
à l'Opéra Palais Garnier
est en écoute sur ce lien :
CLIQUEZ ICI








 Page spéciale
(avec compte rendu détaillé)
« Concert “Rester vivant” 
“De l'amour”
de JOHNNY HALLYDAY
les 27 & 29 novembre 2015
+ 2 & 3 février 2016
à BERCY / ACCORHOTELS ARENA
(Paris) »
sur ce lien : 
CLIQUEZ ICI






 Page spéciale
(avec compte rendu détaillé)
« Concert “Mutant Love”
(pour Nikola Acin)
de YAROL POUPAUD
& THE HELLBOYS
& PHILIPPE ALMOSNINO
le 22 décembre 2015
au BUS PALLADIUM (Paris) »
sur ce lien : 
CLIQUEZ ICI








 Page spéciale
(avec compte rendu détaillé)
« 
JOHNNY HALLYDAY
(+ DJ PHILIPPE MANOEUVRE)
le 15 décembre 2013
au TRIANON (Paris) »

sur ce lien : 
CLIQUEZ ICI






 
Page spéciale
(avec compte rendu détaillé)
« Le show
“BORN ROCKER TOUR
” 
de JOHNNY HALLYDAY
le 16 juin 2013
à BERCY (Paris) »

s
ur ce lien : 
CLIQUEZ ICI

 



 

 Page spéciale
« Compte rendu
des trois concerts
de JOHNNY HALLYDAY
les 15, 16 & 17 juin 2012
au STADE DE FRANCE
(Saint-Denis) »

sur ce lien :
CLIQUEZ ICI


 Page spéciale
(avec compte rendu détaillé)
« JEAN-PHILIPPE SMET
(JOHNNY HALLYDAY),
AUDREY DANA
& JULIEN COTTEREAU
dans la pièce 
“LE PARADIS SUR TERRE

de TENNESSEE WILLIAMS 

au THEATRE EDOUARD VII (Paris) »
sur ce lien :
CLIQUEZ ICI

 



















































































 

 



























































Aujourd'hui sont déjà 120672 visiteurs (224946 hits) Ici!
Ce site web a été créé gratuitement avec Ma-page.fr. Tu veux aussi ton propre site web ?
S'inscrire gratuitement