Site (non officiel) consacré à HEARTBREAK HOTEL et THE HELLBOYS (NIKOLA ACIN).
Site non officiel consacré à HEARTBREAK HOTEL, THE HELLBOYS, NIKOLA ACIN, YAROL POUPAUD, JOHNNY HALLYDAY.
Visuels de l'album "MUTANT LOVE" (2006) de THE HELLBOYS.
Visuels de l'album "SNAKE EYES" (2008) de HEARTBREAK HOTEL.
Vidéos officielles de HEARTBREAK HOTEL (de 2007 a 2010) et des HELLBOYS (2006).
Visuels de HEARTBREAK HOTEL en 2006 et 2007.
Chronique du CD "SNAKE EYES" de HEARTBREAK HOTEL dans "ROCK n FOLK" (aout 2008).
Chronique du CD "SNAKE EYES" de HEARTBREAK HOTEL dans "ACCORDEON et ACCORDEONISTES" (octobre 2009).
Chroniques des albums de THE HELLBOYS et HEARTBREAK HOTEL par NICOLAS UNGEMUTH dans "ROCK ET FOLK" (juillet 2011).
Interview des HELLBOYS dans le fanzine "L'ORDONNANCE" (2004).
Hommage a NIKOLA ACIN par "ROCK N FOLK" (juin 2008).
"MES DISQUES A MOI" : YAROL POUPAUD (dans "ROCK N FOLK", avril 2010).
"JUKE BOX MENTAL" par NIKOLA ACIN : DICK RIVERS, CHRISTOPHE, LEE HAZLEWOOD, APRIL MARCH, VIGON, SMOKEY ROBINSON, YAROL POUPAUD, IKE TURNER, WENDY JAMES, NEIL YOUNG, SAM MOORE.
30 singles rock n roll par NIKOLA ACIN (2007).)
JOHNNY HALLYDAY (concerts "Rester vivant" et "De l amour") les 27 et 29 novembre 2015 + 2 et 3 fevrier 2016 a Bercy AccorHotels Arena (Paris) : compte rendu.
YAROL POUPAUD + THE HELLBOYS + PHILIPPE ALMOSNINO (concert "Mutant Love" pour NIKOLA ACIN) le 22 decembre 2015 au Bus Palladium (Paris) : compte rendu.
JOHNNY HALLYDAY le 15 decembre 2013 au TRIANON (Paris) : compte rendu.
Dernier concert parisien de LITTLE RICHARD, le 7 juin 2005 a L'OLYMPIA : compte rendu.
GERARD BLANCHARD le 24 juin 2013 au THEATRE DU PETIT SAINT MARTIN (Paris) : compte rendu.
Compte rendu du show "BORN ROCKER TOUR" de JOHNNY HALLYDAY le 16 juin 2013 a BERCY (Paris).
RACHID TAHA "ZOOM" le 16 mai 2013 au TRIANON (avec MICK JONES) et le 12 juillet 2013 sur la place de la Republique (Paris) : compte rendu.
Compte rendu du show "MISTER D TOUR" de DICK RIVERS : au CASINO DE PARIS 2011, à l'OLYMPIA (2012), à Noisy-le-Grand et Clamart (2013).
JEAN-LUC LAHAYE le 30 mars 2013 au BATACLAN (Paris) : compte rendu.
SUPERBUS "SUNSET CLUB TOUR" le 11 decembre 2012 a l'OLYMPIA (Paris) : compte rendu.
Concerts live "STARS 80" au GRAND REX et MADER a Villeneuve (oct. 2012) : comptes rendus.
CHRIS ISAAK le 12 octobre 2012 au GRAND REX (Paris) : compte rendu.
LES AVIONS le 3 octobre 2012 au SCOP CLUB (Paris) : compte rendu.
DIDIER WAMPAS AND THE BIKINI MACHINE, SUGAR AND TIGER, EFFELLO ET LES EXTRATERRESTRES le 29 septembre 2012 a la MAROQUINERIE (Paris) : compte rendu.
JOHNNY HALLYDAY "TOUR 2012" les 15, 16 et 17 juin 2012 au STADE DE FRANCE (Saint-Denis) : compte rendu.
ICI PARIS, "LE RETOUR" (2012) : chronique detaillee du nouveau CD et du show 2012.
INXS le 11 decembre 2011 au BATACLAN (Paris) : compte rendu.
JEAN-PHILIPPE SMET dans "LE PARADIS SUR TERRE" au THEATRE EDOUARD VII (Paris) : compte rendu.
"TRIBUTE TO PIERO CACCIA" avec YAROL POUPAUD, MARIE FRANCE, CONTROL CLUB, BERTRAND BURGALAT le 31 mai 2010 au GIBUS (Paris).
HEARTBREAK HOTEL (YAROL POUPAUD, ALAIN CHENNEVIERE, HUGO HOOKA HEY, TONY TRUANT, HUBERT 06 THE HUB, THOMAS DARMON, GAEL, JOCELYN, CLARA, NAOMI GREENE) le 26 fevrier 2010 au SCOPITONE (Paris).
HEARTBREAK HOTEL (YAROL POUPAUD and friends) le 22 janvier 2010 au POINT FMR (Paris).
"NIKOLA ACIN TRIBUTE" (YAROL POUPAUD, THE HELLBOYS, HEARTBREAK HOTEL, VINCENT PALMER, ALAIN CHENNEVIERE et de nombreux guests) le 27 juin 2008 au GIBUS (Paris).
THE HELLBOYS le 9 mai 2008 au GIBUS (Paris).
HEARTBREAK HOTEL le 2 decembre 2006 et le 31 mars 2007 au NOUVEAU CASINO (Paris).
THE HELLBOYS au "AIRWAVES ROCK FESTIVAL" le 26 juin 2006 a LA CIGALE (Paris).
THE HELLBOYS le 2 juin 2006 au GIBUS (Paris).
THE HELLBOYS et NINA ROBERTS : "NINA IS A PUNK ROCKER" (dans "Rock n Folk", novembre 2005).
Contact
Livre d'or
Compteur
 

HEARTBREAK HOTEL (YAROL POUPAUD, ALAIN CHENNEVIERE, HUGO HOOKA HEY, TONY TRUANT, HUBERT 06 THE HUB, THOMAS DARMON, GAEL, JOCELYN, CLARA, NAOMI GREENE) le 26 fevrier 2010 au SCOPITONE (Paris).



HEARTBREAK HOTEL

(YAROL POUPAUD)

 

featuring

 

ALAIN CHENNEVIÈRE

+ TONY TRUANT

+ HUBERT 06 THE HUB

+ HUGO (HOOKA HEY)

+ THOMAS DARMON

+ GAËL

+ JOSSELIN BORDAT

+ NAOMI GREENE

+ CLARA

 

Vendredi 26 février 2010

au SCOPITONE (Paris) :

 

Ce soir au Scopitone, il s’agit d’une sorte de deuxième partie — ou de version intégrale — de la prestation de vingt minutes de Yarol Poupaud (Heartbreak Hotel) lors du concert “The Big Swamp” le 22 janvier dernier au Point FMR.

 

Il avait alors joué, en compagnie de Hooka Hey, Castle Of Aaargh et Bad Mama Dog : “La veille”, “Everything Can Go”, “The Day The Rain Came Down”  et “Snake Eyes”.

 

Au 5 avenue de l’Opéra dans un lieu branché (l’ex-Paris Paris mais heureusement pas de sélection ni de filtrage à l’entrée pour cette “Bonus Tracks Records party” ), on aura droit à l’intégralité du CD “Snake Eyes”, revue et réadaptée pour la circonstance. Cinquante minutes idylliques de rêve, dans un paradis country rock’n’roll blues hillbilly électroacoustique, mené par des musiciens parisiens chevronnés.


•••••••••••••••••••••••••



  Nikola Acin & Yarol Poupaud
(Triptyque, mars 2007).

•••••••••••••••••••••••••


« Bon, on va résumer la situation, annonce YarolHeartbreak Hotel, c’est un duo que j’ai fondé avec Nikola Acin. Depuis, hélas, il nous a quittés. Mais on n’avait pas envie de laisser tomber le projet comme ça. Alors, avec quelques amis présents ce soir sur scène, on s’est réunis pour continuer à faire vivre ces chansons. Certaines sont assez calmes, d’autres plus rapides. Enfin, vous allez voir. Je vous demande d’être attentifs à ce qui se passe sur scène, car le son n’est pas très fort. Merci. À la basse, Gaël. À la batterie, Jocelyn. Au ukulélé, Tony Truant. Aux chœurs, chant et percussions, Alain Chennevière. Aux guitares, Hugo de Hooka Hey et Hubert 06 alias The Hub. »


•••••••••••••••••••••••••




Nikola & Yarol.

•••••••••••••••••••••••••

 

Et c’est parti : Yarol interprète seul “La veille”, déchirante ballade bluesy en français. Il est discrètement accompagné aux percussions par Jocelyn. Hormis quelques jeunes filles qui n’interrompent pas leur sans doute capitale discussion, la quasi-totalité des spectateurs s’imprègnent avec attention et émotion de ce titre (puis de ceux qui suivront).

 

Écrite et composée par Nikola Acin — comme tous les morceaux interprétés ce soir —, cette fin d’histoire d’amour devient, dans la voix de Yarol, une métaphore quasi mystique. Un salut bouleversant à son meilleur ami Nikola parti au paradis des cowboys rockers.



•••••••••••••••••••••••••
 


Hugo Hooka Hey

•••••••••••••••••••••••••


Pour l’enjoué “Snake Eyes”, Hugo prend le micro en chant lead. Doté d’une taille imposante et d’une stature scénique (involontairement) similaire à celle de Nikola, il honore ce titre avec soin et finesse. Avec leurs guitares respectives, Yarol, The Hub, Tony et Hugo produisent le feeling cajun de la version studio. Les quatre musiciens plus Alain font les chœurs
(
« Snaaaake eeeyees !!! ») lors du refrain.




•••••••••••••••••••••••••



Hubert 06 The Hub

•••••••••••••••••••••••••



 

Vient ensuite “Hollywood Rose”, morceau jamais rejoué sur scène par Yarol depuis ses prestations en duo avec Nikola (de fin 2006 à mars 2008 — la dernière s’étant d’ailleurs déroulé dans ce même lieu, alors nommé le Paris-Paris). Un chef-d’œuvre brillant, fulgurant, éternel, comme toutes les œuvres de Heartbreak Hotel (sauf “Coconut Juice”, trop décalée et Kid Créole, même si la version live 2010 tourne OK).

 

Yarol entame à la guitare acoustique l’intro tout en jouant les parties à l’harmonica. Hubert 06 (The Hub) et Alain Chennevière se chargent d’interpréter les couplets et le refrain. Yarol les seconde pendant le refrain : « Hollywood Rose ! Hollywood Rose ! Has anyone seen my Hollywood Rose ? / Looking for answers, looking for a cause / I’m still looking for my Hollywood Rose »



•••••••••••••••••••••••••


 
Alain Chennevière

•••••••••••••••••••••••••


Le fantastique mister Chennevière est tout de jean bleu vêtu, de la chemise au pantalon. Un clin d’œil au look d’Elvis Presley dans le film “Loving You”. Avec Nikola Acin, Ricky Norton, Alexis Mazzoleni et Tony Marlow — ainsi que Johnny Hallyday 1998/2009 quand il reprend les standards fifties sur scène —, c’est l’un des seuls rockers français qui lorsqu’il chante en anglais. Ça le fait totalement, à 100 000 %. Accent anglophone et diction impeccables. Une façon doo-wop “rouler-bouler” de passer tranquillos, l’air de rien, d’un chant hyper grave à une tonalité s’élevant dans les airs. Le tout d’une seconde à l’autre, le plus décontract’ du monde.


•••••••••••••••••••••••••

 


Tony Marlow
& Alain Chennevière
(Flèche d'Or, 2008).


•••••••••••••••••••••••••


Alain interprète “Above My Head” d’une façon différente de celle de Nikola. Dès le début (« One evening as the moon was bright / A stranger came into this town », etc.) et jusqu’à la fin du titre, il prend sa voix grave, qui coule et se fond idéalement à l’accompagnement musical.

 

•••••••••••••••••••••••••



Yarol & Melvil Poupaud
(2008).


•••••••••••••••••••••••••


Naomi Greene (« qui joue dans le film “Bus Palladium” d’ailleurs le 17 mars », précise Yarol à la fin de la chanson et dont il a composé la musique) et CLARA prennent le micro pour “The Day The Rain Came Down”, ballade sur La Nouvelle-Orléans dévastée.

 

Malgré une évidente volonté de bien faire mais en raison du manque d’expérience scénique, l’inteprétation vocale de Clara et Naomi manque de conviction. Trop appliquée, elle est moins intense que celles de Hugo Hooka Hey (le 22 janvier au Point FMR) et de Nikola Acin. Naomi semble la moins concernée des deux.

 

•••••••••••••••••••••••••



Thomas Darmon

•••••••••••••••••••••••••


« Pour “Whisper”, c’est Thomas Darmon qui va la chanter, indique Yarol. Et bien sûr, ce concert, on le dédie à Nikola. » Même s’il a à la main les paroles de la chanson, Thomas semble avoir des problèmes pour être raccord aux bons endroits avec la musique pendant le premier refrain et le couplet. Mais il retombe sur ses pattes à partir du vers « I have tried to hide my tears / All my doubts and all my fears »
(c’est-dire au début du second couplet).
Aux chœurs :
Alain (qui improvise quelques ornementations discrètes et réussies sur le refrain), Clara et Naomi.


•••••••••••••••••••••••••

 


Caroline de Maigret

•••••••••••••••••••••••••


Après ces deux titres, le concert retrouve sa vitesse de croisière roots géniale : accompagné par le groupe, Yarol porte au chant lead et à la guitare l’entraînant hymne country chouettos à l’amour, “O’ Caroline” (de Maigret). Il la présente de cette façon : « La prochaine chanson me tient particulièrement à cœur. Car même si elle a été écrite par Nikola, on dirait qu’il la faite pour que je la chante puisqu’elle parle de la femme que j’aime. »

 

Hugo assure à l’aise pour le chant principal de “Everything Can Go”, ballade western yiiiheee swinguante, tout en jouant de la guitare, aux côtés de ses acolytes. Qui font aussi les chœurs (« Everything can go if you don’t love me anymore »). « C’est la deuxième fois que je participe au projet Heartbreak Hotel, déclare ensuite Hugo. Je remercie Yarol pour le plaisir que ça me procure de jouer et chanter ces chansons. »



•••••••••••••••••••••••••
 


Yarol

•••••••••••••••••••••••••


« C’est rare que je baisse le micro. D’habitude, je suis obligé de le monter », balance de façon spontanée et top bon esprit, hors micro, Alain à un Hugo (au moins 1 mètre 80) hilare, tandis que le premier est en train de régler le micro pour qu’il soit à sa hauteur. Comme il l’avait fait lors du mémorable et ultra émouvant “Nikola Acin Tribute” le 27 juin 2008 au Gibus, Alain chante le morceau en français “Fantôme de cimetière”. Il le fait sur un ton différent que lorsqu’il chante des titres au tempo rockabilly (du style “Cry Cry Cry” de Johnny Cash ou “Poor Little Fool” de Ricky Nelson) au sein de son groupe Rockspell.

 

•••••••••••••••••••••••••



Dick Rivers
& Alain Chennevière

(backstage concert surprise
Les Wampas sur le parvis
de la Gare de Lyon à Paris,
mars 2007).


•••••••••••••••••••••••••


Alain chante de façon douce, lente — et captivante — adaptée à l’ambiance recueillie, entre bande originale de film de la Hammer des années 30 (avec Bela Lugosi, par exemple) et atmosphère hantée ou mystérieuse. Sur un ou deux vers du refrain, il reprend sa voix grave : « Et je hante les gens venus faire leur prière / Et j’erre sans raison epdnant des nuits entières »

 

Sur ce morceau, Tony utilise une sorte de “grattoir” posé sur ses genoux et dont il sort des sons de guitare.


•••••••••••••••••••••••••




Nikola & Yarol,
concert The Hellboys

(La Cigale, Paris, 
26 juin 2006)


•••••••••••••••••••••••••
 

C’est au tour du très rythmé “Inseparable”, clairement inspiré par le son 1956/1958 (genre “Hound Dog”) de Elvis Presley + Scotty Moore + Bill Black + DJ Fontana : la guitare “That’s All Right Mama” de Yarol, le rythme trépidant de la batterie de Jocelyn, le son chaud de la basse de Gaël.

 

Là encore, le texte écrit par Nikola Acin devient, par la situation et l’interprétation, un puissant hommage, chaleureux, positif et dynamique à ce même Helboy en chef, malgré la grande tristesse des paroles : « We were inseparable / Now we’re apart / You broke your promises / You broke my heart / I knew I loved you / Right from the start / But you broke your word and then / You broke my heart »

 

•••••••••••••••••••••••••



Tony Truant

•••••••••••••••••••••••••


“Coconut Juice”, le titre private joke/détente du répertoire de Heartbreak Hotel, clôture le set. Yarol le joue et le chante avec une steel guitar rectangulaire posée sur ses genoux (une “lap steel” ?). Après le deuxième refrain, il s’adresse à ses compères sur les planches : « J’espère que sur scène, vous vous êtes éclatés autant que je me suis éclaté. Et que vous aussi (aux spectateurs, NDLR), vous vous êtes éclatés. » Réponses affirmatives et sans équivoque (« Ouaaaiiis !!! »), de part et d’autre.

 

•••••••••••••••••••••••••



•••••••••••••••••••••••••


Vers la  fin “normale” et prévue (par rapport à la version studio) du titre, Yarol fait un moulinet de la main pour dire à ses comparses de continuer à faire tourner les bonnes vibrations chaloupées de cette chanson ludique et exotique. Cela se transforme en une minijam très sympa de cinq minutes, avec Yarol debout et dansant, Tony Truant et Hubert déchaînés, Alain et Hugo tapant des mains et chantant « Coconut ! (…) Coconut ! ».

 

•••••••••••••••••••••••••



The Hellboys,
sur la scène de La Cigale (Paris),
26 juin 2006,
juste avant le début
de leur concert.

•••••••••••••••••••••••••


Réalisateur quasi attitré des Hellboys (clip “Besoin de rien”, film du concert à La Cigale en juin 2006), de Heartbreak Hotel (“Above My Head”) et de Bonus Tracks Records, Thomas Boujut a filmé cet événement. En vue d’un futur DVD ?

 

François Guibert

(28 février 2010)

•••••••••••••••••••••••••



Voici trois vidéos live
d'une qualité sonore et visuelle
ultra excellente,
captées lors de ce concert génial
et réalisées par
Thomas Boujut :




SNAKE EYES 
(HUGO HOOKA HEY au chant) :
CLIQUEZ ICI



ABOVE MY HEAD
(ALAIN CHENNEVIÈRE au chant) :
CLIQUEZ ICI



HOLLYWOOD ROSE
(HUBERT 06 THE HUB au chant) :

CLIQUEZ ICI



•••••••••••••••••••••••••

Set list du concert
(au pied du micro de Yarol) :



•••••••••••••••••••••••••

Paroles de
“HOLLYWOOD ROSE” :




Aujourd'hui sont déjà 69472 visiteurs (134789 hits) Ici!
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=