Site (non officiel) consacré à HEARTBREAK HOTEL et THE HELLBOYS (NIKOLA ACIN).
Site non officiel consacré à HEARTBREAK HOTEL, THE HELLBOYS, NIKOLA ACIN, YAROL POUPAUD, JOHNNY HALLYDAY.
Visuels de l'album "MUTANT LOVE" (2006) de THE HELLBOYS.
Visuels de l'album "SNAKE EYES" (2008) de HEARTBREAK HOTEL.
Vidéos officielles de HEARTBREAK HOTEL (de 2007 a 2010) et des HELLBOYS (2006).
Visuels de HEARTBREAK HOTEL en 2006 et 2007.
Chronique du CD "SNAKE EYES" de HEARTBREAK HOTEL dans "ROCK n FOLK" (aout 2008).
Chronique du CD "SNAKE EYES" de HEARTBREAK HOTEL dans "ACCORDEON et ACCORDEONISTES" (octobre 2009).
Chroniques des albums de THE HELLBOYS et HEARTBREAK HOTEL par NICOLAS UNGEMUTH dans "ROCK ET FOLK" (juillet 2011).
Interview des HELLBOYS dans le fanzine "L'ORDONNANCE" (2004).
Hommage a NIKOLA ACIN par "ROCK N FOLK" (juin 2008).
"MES DISQUES A MOI" : YAROL POUPAUD (dans "ROCK N FOLK", avril 2010).
"JUKE BOX MENTAL" par NIKOLA ACIN : DICK RIVERS, CHRISTOPHE, LEE HAZLEWOOD, APRIL MARCH, VIGON, SMOKEY ROBINSON, YAROL POUPAUD, IKE TURNER, WENDY JAMES, NEIL YOUNG, SAM MOORE.
30 singles rock n roll par NIKOLA ACIN (2007).)
JOHNNY HALLYDAY (concerts "Rester vivant" et "De l amour") les 27 et 29 novembre 2015 + 2 et 3 fevrier 2016 a Bercy AccorHotels Arena (Paris) : compte rendu.
YAROL POUPAUD + THE HELLBOYS + PHILIPPE ALMOSNINO (concert "Mutant Love" pour NIKOLA ACIN) le 22 decembre 2015 au Bus Palladium (Paris) : compte rendu.
JOHNNY HALLYDAY le 15 decembre 2013 au TRIANON (Paris) : compte rendu.
Dernier concert parisien de LITTLE RICHARD, le 7 juin 2005 a L'OLYMPIA : compte rendu.
GERARD BLANCHARD le 24 juin 2013 au THEATRE DU PETIT SAINT MARTIN (Paris) : compte rendu.
Compte rendu du show "BORN ROCKER TOUR" de JOHNNY HALLYDAY le 16 juin 2013 a BERCY (Paris).
RACHID TAHA "ZOOM" le 16 mai 2013 au TRIANON (avec MICK JONES) et le 12 juillet 2013 sur la place de la Republique (Paris) : compte rendu.
Compte rendu du show "MISTER D TOUR" de DICK RIVERS : au CASINO DE PARIS 2011, à l'OLYMPIA (2012), à Noisy-le-Grand et Clamart (2013).
JEAN-LUC LAHAYE le 30 mars 2013 au BATACLAN (Paris) : compte rendu.
SUPERBUS "SUNSET CLUB TOUR" le 11 decembre 2012 a l'OLYMPIA (Paris) : compte rendu.
Concerts live "STARS 80" au GRAND REX et MADER a Villeneuve (oct. 2012) : comptes rendus.
CHRIS ISAAK le 12 octobre 2012 au GRAND REX (Paris) : compte rendu.
LES AVIONS le 3 octobre 2012 au SCOP CLUB (Paris) : compte rendu.
DIDIER WAMPAS AND THE BIKINI MACHINE, SUGAR AND TIGER, EFFELLO ET LES EXTRATERRESTRES le 29 septembre 2012 a la MAROQUINERIE (Paris) : compte rendu.
JOHNNY HALLYDAY "TOUR 2012" les 15, 16 et 17 juin 2012 au STADE DE FRANCE (Saint-Denis) : compte rendu.
ICI PARIS, "LE RETOUR" (2012) : chronique detaillee du nouveau CD et du show 2012.
INXS le 11 decembre 2011 au BATACLAN (Paris) : compte rendu.
JEAN-PHILIPPE SMET dans "LE PARADIS SUR TERRE" au THEATRE EDOUARD VII (Paris) : compte rendu.
"TRIBUTE TO PIERO CACCIA" avec YAROL POUPAUD, MARIE FRANCE, CONTROL CLUB, BERTRAND BURGALAT le 31 mai 2010 au GIBUS (Paris).
HEARTBREAK HOTEL (YAROL POUPAUD, ALAIN CHENNEVIERE, HUGO HOOKA HEY, TONY TRUANT, HUBERT 06 THE HUB, THOMAS DARMON, GAEL, JOCELYN, CLARA, NAOMI GREENE) le 26 fevrier 2010 au SCOPITONE (Paris).
HEARTBREAK HOTEL (YAROL POUPAUD and friends) le 22 janvier 2010 au POINT FMR (Paris).
"NIKOLA ACIN TRIBUTE" (YAROL POUPAUD, THE HELLBOYS, HEARTBREAK HOTEL, VINCENT PALMER, ALAIN CHENNEVIERE et de nombreux guests) le 27 juin 2008 au GIBUS (Paris).
THE HELLBOYS le 9 mai 2008 au GIBUS (Paris).
HEARTBREAK HOTEL le 2 decembre 2006 et le 31 mars 2007 au NOUVEAU CASINO (Paris).
THE HELLBOYS au "AIRWAVES ROCK FESTIVAL" le 26 juin 2006 a LA CIGALE (Paris).
THE HELLBOYS le 2 juin 2006 au GIBUS (Paris).
THE HELLBOYS et NINA ROBERTS : "NINA IS A PUNK ROCKER" (dans "Rock n Folk", novembre 2005).
Contact
Livre d'or
Compteur
 

HEARTBREAK HOTEL (YAROL POUPAUD and friends) le 22 janvier 2010 au POINT FMR (Paris).




“THE BIG SWAMP”

avec
 YAROL POUPAUD
(HEARTBREAK HOTEL)

+
 HOOKA HEY
+ BAD MAMA DOG
+ CASTLE OF AAAARGH

Vendredi
 22 janvier 2010 
au
 Point F.M.R. (Paris) :



Depuis le mémorable et très émouvant “Nikola Acin Tribute” au Gibus le 27 juin 2008 qu’il avait organisé de A à Z, Yarol Poupaud n’avait pas encore rejoué sur scène le répertoire de Heartbreak Hotel. En tout cas de façon officielle, c’est-à-dire en étant annoncé à l’avance sous ce nom-clin d’œil à Elvis Presley.

Paru d’abord en numérique à l’hiver 2008, “Snake Eyes”, l’album de ce duo formé deux ans plus tôt par Nikola et Yarol est heureusement et enfin paru en support CD/DVD en octobre 2009.



Quatre mois après cette sortie physique, l’occasion de pouvoir voir et entendre de nouveau en live ces fabuleuses chansons se présente dans le cadre de “The Big Swamp”.

Le concept de ce concert rock’n’roll country blues énergique, mêlant acoustique et électrique : Castle Of Aaargh (bluesman guitariste acoustique à la voix rauque) ainsi que les groupes Bad Mama Dog et Hooka Hey présentent leurs propres compositions.
Avec le fait que les musiciens de l’une comme
de l’autre formation se rejoignent sur tel morceau, à tel moment. Un jeune saxophoniste, au tempo trépidant totalement jive Dixieland r’n’r 50s, complète le tout.


 

De par son expérience depuis des années au service de nombreux musiciens et concerts à Paris (dont les “Rock’n’Roll Friday” de 2005 à 2009 au Gibus, au Triptyque, puis en province), Yarol mène comme un chef-complice aguerri le déroulement de ce riche concert de deux bonnes heures. Tour à tour à l’orgue Hammond puis aux guitares, un peu à la batterie ou aux percussions, il emmene le “Big Swamp” vers la folie rock’n’roll bon esprit qu’il souhaite pour cette soirée.

 


Environ vingt minutes (soit six ou sept chansons) après le début du set), il surgit sur le devant de la scène en tant que chanteur-guitariste pour interpréter un funk rock carré et dynamique. La soirée démarrera à ce moment-là pour de bon. Il était présent dès le début du show mais dans l’ombre, à l’orgue Hammond ou aux percussions.

 


C’est une évidence : Yarol est un supra excellent guitariste. « Le meilleur guitariste de France en activité »a même déclaré à son sujet dans une interview Philippe Manoeuvre, pour évoquer Dharma Project, l’un des groupes dont fait partie mister Poupaud. Il peut même se permettre de chouettes attitudes de guitar hero qui, chez d’autres, passeraient pour quelque chose de ridicule ou de trop grand pour eux. Pour une attitude prétentieuse, cliché, dépassée.

 


Chez mister Yarol, ça le fait direct car il joue avec énergie, professionnalisme (mais sans le redoutable côté “requin”, surtout pas) et va à l’essentiel. Il n’y a pas de frime tape-à-l’œil.

Même quand il fait des distortions ou des solos psychédéliques à la Jimi Hendrix, ça roule OK. En effet, qu’il fasse un solo calme en acoustique comme un son de guitare ultra déchaîné, il le fait toujours avec finesse, intelligence, musicalité r’n’r, sans se la raconter ou se la jouer.


 

Après une première heure de concert puis une pause d’un quart d’heure, Nicolas Ullmann prend le micro. Officiant ce soir en tant que DJ rockab’ country avant et après le set, il est habillé au second degré tendance cowboy à Paname : pistolet en plastique, gros ceinturon, béret identique à celui que Nikola Acin pouvait porter parfois en dehors de scène (1).

Avec une voix forte et porteuse, il introduit la deuxième partie du show : « Maintenant, c’est au tour de Heartbreak Hotel. Il s’agit du duo formé par Nikola Acin et Yarol, de la récréation country rock’n’roll acoustique du chanteur des Hellboys. D’ailleurs, les Hellboys, c’est sans doute le groupe que j’ai le plus vu dans ma vie. Il y a un album — merveilleux — qui est sorti récemment, “Snake Eyes”, disponible chez tous les disquaires. Je vous invite à l’acheter. Ce CD est accompagné d’un DVD de douze clips, dont un que j’ai eu la chance de tourner, “Hollywood Rose”. Ce concert lui est dédié, on espère qu’il nous voit et nous entend là-haut. »

 

Yarol poursuit en disant de façon chaleureuse, en regardant l’intéressé dans le public et en lui souriant : « Christophe Lagarde, le guitariste des Hellboys, est avec nous ce soir dans la salle ! »


 

Puis Ullmann s’éclipse. Yarol, doté d’une sublime guitare métallisée scintillante, interprète en solo, lumière tamisée, le blues en français “La veille”. Il le chante à sa manière, émue, avec toute son âme, pour faire honneur à son meilleur ami devenu trop tôt “compagnon du ciel” (© Adanowsky 2007). Spontanément, les musiciens de Hooka Hey et Bad Mama Dog le soutiennent en frappant discrètement des mains lorsqu’il chante les derniers vers : « … Et quand le soleil se lèv’ra / On f’’ra semblant d’oublier / Ce qu’on s’est dit la veille / Ce qu’on s’est dit la veille / Ce qu’on s’est dit la veille »

 

Ils rejoignent ensuite Yarol pour présenter avec lui une relecture bonne franquette de “Everything Can Go. Le chanteur de Hooka Hey interprète un couplet et un refrain, suivi du leader de Bad Mama Dog pour la suite du titre. Le tout dans la bonne humeur.

 


« Je ne veux pas plomber l’ambiance,
 prévient Yarol, mais la prochaine chanson parle d’un certain jour qui est arrivé à la Nouvelle-Orléans. Elle s’appelle “The Day The Rain Came Down”. » Sur fond de la guitare de Yarol et de la sienne, Hugo, le chanteur de Hooka Hey, interpréte avec beaucoup de cœur et de feeling ce titre. Le fait qu’il ait un peu (de façon involontaire) la même allure (au niveau taille, etc.) et une approche similaire de tenir la guitare, d’aborder le chant comme Nikola Acin renforce une troublante impression : celle que l’esprit de ce dernier plane dans la salle et sur scène (2).

 

Et nul doute que, par rapport à Yarol (même si tous deux se connaissent très bien), Hugo doit avoir le trac, la hantise de ne pas être à la hauteur du respect et de l’amitié indéfectible qu’avait Yarol avec Nikola. Il s’en sort fort bien. Et pour d’éventuels futurs concerts sous le nom Heartbreak Hotel, Hugo serait l’un des chanteurs idéaux (avec aussi, par exemple, Alain Chennevière) pour reprendre aux côtés de Yarol ces chefs-d’œuvre conçus et interprétés à l’origine par Nikola Acin.

 


Enfin, ce moment de grâce spécial se termine par “Snake Eyes”, enjoué et joyeux sur le plan musical (même si le texte, lui, parle de larmes, de péchés, de venin). Il est interprété de façon collégiale — sans que cela tourne pour autant ni aux “Enfoirés aux Restos du Cœur” ni à la colonie de vacances de rockers en goguette —, chacun jouant d’un instrument et reprenant en chœur le refrain.


 


Quinze à vingt minutes magiques, pleines de ferveur, de souvenirs, de pudeur, joie, sur scène comme dans la salle. Entre autres pour Christophe Lagarde, Caroline de Maigret (cofondatrice du label Bonus Tracks Records) et Nicolas Ullmann.


 

On aimerait tellement entendre en concert tous les autres morceaux de l’album (“Hollywood Rose”, “Inseparable”, “Fantôme de cimetière”, “Above My Head”, “Whispers”, “O Caroline”, etc.) voire aussi des raretés qui ne figurent pas sur le CD (“Train 23”, “Jolie Blonde”, “Bed Of Roses”). Mais comme il ne s’agit pas exclusivement d’un concert Heartbreak Hotel, il est logique de ne pas interpréter uniquement ce répertoire. Et bien sûr de laisser Hooka Hey, Castle Of Aaargh et Bad Mama Dog jouer leurs propres compositions.

 

Puis après ces quatre chansons écrites et composées par Nikola Acin, tous les musiciens prolongent la réjouissante expérience du “Big Swamp” d’une quarantaine de minutes supplémentaires. Avec des titres des uns et des autres, à forte coloration électrique, cette fois sans temps mort ou sans aucun flottement (à l’inverse, donc, des cinq ou six premiers titres du concert).

Le “Big Swamp”, une chouette et riche expérience à renouveler, en espérant cette fois au moins dix à quinze titres de Heartbreak Hotel. Bravo à Bonus Tracks Records pour cette soirée rock'n'roll.

 

Très bonne nouvelle : dans au moins deux interviews (dont l’une dans Guitare Sèche magazine en décembre 2009), Yarol a déclaré qu’il avait assez de matériel pour sortir dans quelques années un second album de Heartbreak Hotel.

 

François Guibert
(29 janvier 2010)




(1) : comme on peut le voir furtivement au début du clip “Above My Head” réalisé par Thomas Boujut sur le CD/DVD “Snake Eyes” (Bonus Tracks Records).

(2) : comme on pouvait le ressentir le 27 juin 2008 au “Nikola Acin Tribute” au Gibus, d’autant plus que le Hellboy en chef s’y était produit un mois et demi plus tôt avec l’équipée au grand complet : Yarol, Christophe, Ghani et Adanowsky.

•••••••••••••••••••••••••

Six photos prises
par
© Jean-David Hestin

 le 24 janvier 2010 
au Point FMR :




Ci-dessus : Yarol Poupaud
& Hugo Hooka Hey.




Yarol

Ci-dessous : Hugo.




Le final :
 


D'autres photos
prises ce soir-là
par Jean-David Hestin
sont en ligne sur ce lien :

CLIQUEZ ICI

 •••••••••••••••••••••••••

Le ticket d'entrée :




•••••••••••••••••••••••••




© Fabrice Demessence



Aujourd'hui sont déjà 70471 visiteurs (137303 hits) Ici!
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=